1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Bac 2021 : "La génération Covid est sacrifiée", estime Natacha Polony
3 min de lecture

Bac 2021 : "La génération Covid est sacrifiée", estime Natacha Polony

ÉDITO - Le coronavirus "est en train de réduire à néant la grande réforme que Jean-Michel Blanquer voulait mettre en place", constate Natacha Polony. Selon elle, "la génération Covid est sacrifiée (...) mais elle n’est pas la seule à qui on ment".

Une étudiante consulte les résultats du baccalauréat (illustration)
Une étudiante consulte les résultats du baccalauréat (illustration)
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
L'oeil de Natacha Polony du 12 avril 2021
03:38
L'œil de... Natacha Polony du 12 avril 2021
03:38
micro générique
Natacha Polony

On est déjà au mois d’avril et, on l’oublie un peu, mais pour les lycéens, le baccalauréat se rapproche. Et les inquiétudes grandissent, parce que la pandémie vient tout bousculer. Le problème, c’est que la pandémie est en train de réduire à néant la grande réforme que Jean-Michel Blanquer voulait mettre en place. 

Dernier épisode en date : il serait question de diminuer le coefficient du tout nouveau grand oral, cette épreuve qui illustrait la volonté du ministre de modifier en profondeur l’examen-phare de la scolarité française.


Résumons : l’idée de départ, c’était de constater que le baccalauréat n’avait plus aucun sens. Ce n’est pas ça qui détermine l’orientation des élèves puisqu’elle se fait avant. Et la multiplication des mentions et des notes délirantes prouve le peu de valeur d’un examen qui totalise 98% de réussite si l’on inclut ceux qui le passent plusieurs fois. Bref, il suffit de se présenter et d’être un peu persévérant pour l’obtenir. 

En revanche, derrière, on a 50% d’échec en première année à l’université, et des professeurs qui alertent sur le gouffre entre le niveau des bacheliers et ce qui est demandé en fac. Mais surtout, le but de cette réforme était de modifier le lycée lui-même parce que les épreuves au baccalauréat déterminent l’organisation des enseignements pendant les trois années qui précèdent.

Le coronavirus a tout remis en cause

À lire aussi

Le coronavirus, c’est l’obligation d’annuler les épreuves dans les "spécialités", ces nouvelles disciplines qui devaient faire coller les enseignements avec les exigences du monde moderne. Mais surtout, les lycéens et les professeurs font remarquer qu’on ne prépare pas de nouvelles épreuves à distance, avec des cours une semaine sur deux.


Le cas le plus emblématique, c’est évidemment ce grand oral. Comment préparer des élèves à distance ? Comment leur faire comprendre les codes de cet exercice ? Cela dit, si des lycéens nous écoutent, je voudrais les rassurer.

Comment rassurer les lycéens ?

D’abord, il faudrait que ceux qui ont passé leur bac en 1968 leur expliquent comment ils ont obtenu un bac entièrement à l’oral, façon "école des fans". 10/10 pour tout le monde. Et en fait, c’est tous les ans la même chose. Dès que les élèves ou leurs parents ont une inquiétude sur la difficulté d’une épreuve, on passe des consignes aux correcteurs pour leur imposer l’indulgence et les notes sont encore meilleures que les autres années.


Quant au grand oral, s’il s’était agi de juger de la capacité à construire une argumentation, la force de conviction, là, d’accord, il y aurait eu matière à stresser. Mais en l’occurrence, on a transformé ça en une sorte d’entretien d’embauche pour juger de la personnalité du candidat, de son projet d’orientation. Bref, des critères totalement subjectifs dont le but est de donner une bonne note à tout le monde.

Alors, la sélection, la vraie, se joue ailleurs. Sur la capacité des parents à inscrire leur enfant dans le bon établissement, sur la connaissance des filières qui ouvrent les meilleures portes. Tout sauf le mérite. La génération Covid est sacrifiée, c’est vrai. Mais elle n’est pas la seule à qui on ment sur son niveau pour maintenir l’illusion d’une école républicaine qui donnerait leurs chances à tous.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/