2 min de lecture Environnement

Environnement : Polony dénonce "le massacre" des forêts provoqué par des vols de bois

ÉDITO - Dans l'Ariège, une entreprise espagnole est suspectée d'avoir abattu des centaines d'arbres sur des parcelles privées. Un phénomène qui se multiplie.

micro generique L'oeil de... Natacha Polony & Valérie Trierweiler & Philippe Caverivière iTunes RSS
>
L'oeil de... du 22 mars 2021 Crédit Image : AFP / Archives, Guillaume Souvant | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Florine Boukhelifa

Un pur scandale, mais qui, pour une fois, fait un peu de bruit. En Ariège, à quelques kilomètres de la frontière espagnole, des petits propriétaires de parcelles de forêt ont découvert leurs arbres entièrement tronçonnés, il y a quelques jours. Des épicéas de 30 mètres de haut, des chênes centenaires, mais aussi des ruisseaux détournés, des traces de pneus et des bidons d’essence partout. Un massacre.

Les premiers éléments de l’enquête montrent qu’il s’agirait d’une entreprise espagnole mandatée pour gérer une parcelle et qui aurait fait son marché tout autour avec des bûcherons venus des pays de l’Est.

Visiblement, les vols de bois, en Ariège ou encore dans l’Aude, sont de plus en plus importants. Notamment parce que le marché du bois est en tension, et qu'il est très facile de se servir. En l’occurrence, un couple a entendu les bruits des tronçonneuses et a tenté de stopper les bûcherons. Prétextant ne pas parler français, ces derniers ont continué avant de revenir la nuit pour récupérer les plus belles pièces de bois.

Des vols de plus en plus courants

Ce phénomène touche désormais toutes les campagnes. Dans le Périgord, on observe des razzias sur les champignons, avec le même processus : des ramasseurs des pays de l’Est et des commanditaires en Espagne. Ce ne sont plus seulement quelques rapines, mais des ramassages à échelle industrielle.

À lire aussi
sciences
40 jours dans une grotte : "Personne n'avait envie de sortir", confie l'initiateur du projet

Biens communs, biens privés non surveillés, il n’y a plus la moindre retenue. Interrogez les paysans : certains se font voler des récoltes entières, d'autres du carburant ou du matériel agricole, qui part immédiatement à l’étranger. Une insécurité du quotidien, qui pourrit la vie des gens.

Des plaintes ont été déposées, l'entreprise devra donc payer, mais comment évalue-t-on le prix d’un chêne centenaire ? Comment évalue-t-on le préjudice d’un chemin défoncé et d’un paysage ravagé ? Voici le débat actuel sur la protection de l’environnement. Faut-il inscrire dans la Constitution un "crime d’écocide", alors que les atteintes à l’environnement sont déjà punies et que nous avons une charte de l’environnement à valeur constitutionnelle, ou se donner les moyens de poursuivre des gens qui jouent sur la libre circulation dans l’espace Schengen pour piller en toute impunité ?

Un petit espoir tout de même : la dimension d’atteinte à l’environnement émeut visiblement beaucoup plus que le pillage subi par les ruraux. Ainsi, ce massacre sera peut-être celui de trop, et l’État se souviendra qu’il doit assurer la protection des biens et des personnes, incluant l’environnement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Écologie Ariège
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants