2 min de lecture Économie

Salaire des patrons du CAC 40 : ils ont gagné 277 fois le smic en moyenne en 2018

Le salaire des grands patrons du CAC 40 a augmenté de 12% en 2018, atteignant 5,8 millions d'euros en moyenne, un record depuis la crise de 2008.

François-Henri Pinault, le 26 avril 2018 à Paris
François-Henri Pinault, le 26 avril 2018 à Paris Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Le dernier rapport de Proxinvest devrait en faire grincer des dents plus d'un : en 2018, les grands patrons du CAC 40 ont obtenu une rémunération totale moyenne de 5,8 millions d'euros. Ce qui représente une augmentation de 12% par rapport à 2017, qui avait déjà été une année record. Du jamais vu depuis la fameuse crise de 2008.

Le cabinet de conseil aux actionnaires précise dans son communiqué que la "rémunération socialement acceptable (est) définie à 240 smic". Ce nouveau montant global représente 277 fois le smic en moyenne (sur une base de 39 heures).

Les salariés des entreprises du CAC 40 n'ont pas connu la même hausse que leurs dirigeants. Leur rémunération a, elle, augmenté de 4,8%. L'écart est abyssale puisque la rémunération des patrons du CAC 40 est "trois fois plus rapide que celle des salariés". Une constante sur la période 2014-2018 d'ailleurs.

Un bond dû à Dassault Systèmes et Kering

Cependant en 2018 la rémunération plafond (à 240 smic) n'a été dépassée "que" par 16 présidents exécutifs du CAC 40, contre 19 en 2017. En réalité, ce bond de 12% est essentiellement dû à la progression affolante des rémunérations de Dassault Systèmes et du groupe de luxe Kering.

À lire aussi
Une salle de cinéma vide (illustration) Cinéma
Les jeunes ne vont plus au cinéma, à l'inverse des plus de 50 ans

Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes, aurait perçu 33,1 millions d'euros en 2018 selon Proxinvest. Un montant qui représente une hausse de 307% depuis 2008. Toutefois Dassault Systèmes a contesté ce chiffre et avance une rémunération de 22,9 millions d'euros.

Pour François-Henri Pinault, président-directeur général de Kering, le montant avancé par Proxinvest est de 17,3 millions d'euros, soit une hausse de près de 76% par rapport à 2017 principalement due aux 5,8 millions de prime exceptionnelle attribuée sous forme d’unités de performance sans condition de performance, et aussi aux 5,08 millions d'une convention d’assistance conclue avec sa holding Artémis. La société Kering a de son côté annoncé une rémunération de 12,2 millions d'euros.

Sur la dernière marche du podium, on retrouve Carlos Ghosn, ancien président-directeur général de Renault et également ex-président de Nissan, avec 14,3 millions d'euros

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Bourse CAC 40
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants