2 min de lecture Consommation

Crèmes solaires pour enfants : des "substances préoccupantes" omniprésentes

INVITÉE RTL - Wecf France et Agir Environnement ont mené une enquête sur 71 produits solaires pour enfants. Tous contiennent des "substances plus ou moins préoccupantes", alertent-elles.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Crèmes solaires pour enfants : des "substances préoccupantes" omniprésentes Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière et Paul Turban

Les autorités sanitaires ne cessent de le rappeler : en été, avec l'arrivée du soleil, il faut se protéger, et surtout protéger les plus fragiles, les enfants. Chapeaux, lunettes, vêtements couvrants et bien sûr crèmes solaires sont les alliés contre les rayonnements. Mais Wecf France et Agir pour l’Environnement alertent sur la composition de ces produits

Les deux associations ont mené une grande enquête sur 71 produits solaires pour enfants, de marques différentes, y compris des produits bios. Elles ont cherché dans la liste des ingrédients "les substances problématiques", notamment les "perturbateurs endocriniens, nanoparticules ou allergènes." Conclusion : "aucun des 71 produits n’est exempt de substances plus ou moins préoccupantes."

Selon le rapport, plus de la moitié (41) des produits solaires contiennent une ou des substances "extrêmement préoccupantes", et "9 produits contiennent un cocktail d’au moins 10 substances problématiques." 

Des produits en infraction sur les nanoparticules

En plus de cette analyse de la liste des ingrédients, Wecf France et Agir pour l'Environnement ont fait analyser trois de ces produits par un laboratoire. Ils "contiennent bien des nanoparticules alors qu’ils ne l’indiquent pas sur l’emballage, ils sont donc en infraction avec la réglementation sur les cosmétiques."

Les deux associations demandent donc une évaluation de "rapport bénéfices/risques des produits solaires pour enfants" par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES)

À lire aussi
Une personne fait ses courses dans un supermarché (Illustration) alimentation
Île-de-France : des produits "Djen Foods" retirés de la vente

Elles réclament aussi l'interdiction à l'échelle nationale et européenne des substances les plus préoccupantes, ainsi qu'une "action dissuasive des autorités compétentes (DGCCRF et ANSM) pour obliger les fabricants à respecter la réglementation sur les cosmétiques par l’affichage de la présence de nanoparticules."

La réglementation est à la traîne.

Magali Ringoot, coordinatrice des campagnes d'Agir pour l'Environnement, sur RTL
Partager la citation

Sur RTL, Magali Ringoot, coordinatrice des campagnes d'Agir pour l'Environnement, a alerté sur les dangers de certains de ces produits. "On a essayé d'embrasser tous les effets, à la fois sur la santé et sur l'environnement de ces substances, explique-t-elle. Il y a des risques  cancérigènes 'possibles', comme le dioxyde de titane nano particulaires en cas d'inhalation."

Certaines de ces substances devraient être interdites prochainement. "Mais on s'aperçoit que la réglementation est à la traîne, regrette Magali Ringoot. Cela ne va pas assez vite, et on parle d'enfant. Il s'agit d'une pollution certes à faible dose, mais qui peut faciliter certaines maladies chroniques."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Été Vacances d'été
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants