3 min de lecture Santé

Michel Cymes : comment se prémunir des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont une notion dont on a parfois du mal à savoir ce qu’elle recouvre précisément. On fait le point.

Michel Cymes Ça Va Beaucoup Mieux, l'Hebdo Michel Cymes iTunes RSS
>
Comment se prémunir des perturbateurs endocriniens Crédit Image : FRED DUFOUR / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes Journaliste

Nous avons tous, dans notre organisme, des glandes qui sécrètent des hormones. La thyroïde, le pancréas, l’hypophyse, les ovaires, les testicules : tout ça, ce sont des glandes. Les hormones qu’elles libèrent vont dans le sang et agissent comme des messages chimiques naturels entre les organes. Elles permettent de réguler de nombreuses fonctions : la croissance, le métabolisme, le développement sexuel, le fonctionnement du cerveau, la capacité à se reproduire, etc. Et évidemment, à partir du moment où ces hormones ne jouent plus leur rôle correctement, on parle de perturbation endocrinienne.

Ces perturbations n’arrivent pas par hasard. Il faut rappeler les produits qui en sont responsables. D’ici l’an prochain, l’ANSES, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail devrait en établir la liste. Mais des molécules suspectes ont déjà été identifiées.

Il y a par exemple certains dérivés phénoliques que l’on trouve dans des boites de conserves, des canettes de boissons, des pots de yaourts, des bouteilles en plastiques, des films alimentaires, des produits cosmétiques, des lentilles de contact et même les tickets de caisses. Vous imaginez ? Les tickets de caisse !

Vous le voyez, on est là en présence de choses qui peuplent notre environnement quotidien. Et je ne vous parle pas de certains pesticides, des retardateurs de flammes qu’on trouve dans le mobilier ou encore des phtalates qu’on associe souvent à certains jouets, vernis à ongles ou produits d’entretien.

À lire aussi
Un serveur porte une mini-visière à Lyon en juin 2020 Coronavirus France
Covid-19 : les mini-visières couvrant la bouche sont-elles efficaces ?

Je pourrais vous faire la liste de tous les produits concernés ou suspectés de l’être mais j’en aurais pour 2 heures. Pardon d’êtres si alarmiste mais je ne fais là que vous dire ce qui figure sur les fiches repères mis à notre disposition de l’Institut National du Cancer.

Attention à votre alimentation et votre environnement

Se protéger contre tout ça, c’est compliqué. Ou alors, on arrête carrément de vivre. ,Néanmoins, on peut suivre certains conseils. Ce qu’il faut savoir, c’est que l’exposition aux perturbateurs endocriniens passe par 2 voies : la voie aérienne et la voie alimentaire. Et on peut agir dans les 2 cas.

On commence par l’alimentation. D’abord, essayez de manger bio, d’utiliser des produits frais et de privilégier le fait-maison. Ensuite, évitez les plats préparés et les produits ultra transformés (c’est le cas des biscuits, des barres chocolatés, des sodas, des encas sucrés ou salés > tous ces aliments contiennent beaucoup trop d’additifs).

Enfin, évitez de mettre des aliments dans des contenants en plastique, surtout quand ils sont chauds. D’une manière générale, ne chauffez pas vos aliments dans du plastique. Je pense à ce que vous mettez dans le four à micro-ondes ou encore aux bouilloires électriques.

Ça, ce sont les conseils de base côté cuisine. Après, il y a tout ce qui passe par la voie aérienne. On passe 80% de sons temps à l’intérieur. C’est une moyenne. Et à l’intérieur, l’air est pollué par tout un tas de substances chimiques qui proviennent du mobilier, de la moquette, des objets de décoration, de la peinture.

Aérez votre intérieur 10 minutes par jour. Idéalement le matin et le soir.  Ensuite, les produits d’entretien. Il faudrait limiter leur utilisation. Il faut aussi respecter les conditions d’utilisation (histoire d’éviter les surdoses) et ne jamais les mélanger. Pour le ménage, essayez le vinaigre blanc, le bicarbonate de soude, le savon noir : ce sont des produits qui épargnent votre santé.

Oubliez aussi les sprays, l’encens, les bougies parfumées, les parfums d’ambiance. Là encore, ce sont des conseils basiques mais si vous les suivez, vous limitez les risques. Surtout si vous êtes enceinte. 

Si vous êtes enceinte, faites un effort supplémentaire parce que la période d’exposition la plus critique correspond à la vie embryonnaire et fœtale. C’est un moment de grande vulnérabilité de l’être humain en construction. Et vous pourrez très bien mettre au monde un enfant en pleine forme, mais un enfant dont les problèmes se manifesteront à l’âge adulte. Les perturbateurs endocriniens ont la réputation de prendre leur temps pour faire leur sale besogne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Bien-être Sommeil
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants