3 min de lecture Entreprises

Coronavirus : les grands patrons proposent de réduire leur salaire de 25%

ÉDITO - En pleine crise sanitaire, cette réduction de 25% est une façon pour les patrons de s'associer à leurs salariés mis au chômage partiel.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus : les grands patrons proposent de réduire leur salaire de 25% Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

Les grands patrons proposent de réduire leur salaire. Initiative tout à fait inhabituelle de la part des dirigeants membres de l'Afep, l'association française des entreprises privées, qui regroupe 110 grands groupes français. 

Ceinture pour les patrons qui feraient appel au chômage partiel, c'est-à-dire à une aide de la collectivité pour payer leurs salariés durant la crise du coronavirus. L'Afep recommande que le salaire du dirigeant soit alors réduit de 25%, durant toute la période où le chômage partiel serait sollicité.
 
La réduction de 25% est une façon, pour les patrons, de s'associer à leurs salariés mis au chômage partiel, qui ne seront payés que 84% de leur ancien salaire net, c'est-à-dire avec une perte de revenus de 16%. Si les salariés perdent de l'argent, le patron en perd aussi, personnellement. Et l'argent ainsi économisé par l'entreprise, les 25% du salaire patronal, sera versé à des actions de solidarité pour les victimes du Covid-19. 

220.000 entreprises demandent le chômage partiel

Au dernier compte, celui de Muriel Pénicaud, la ministre du travail, qui date d'hier, 220.000 entreprises vont faire appel au chômage partiel, et cela concernait 2,2 millions de personnes. Pour l'essentiel, il s'agit de PME, voire de TPE, mais il y aura probablement aussi des grands groupes, qui vont ainsi faire payer une partie de leurs salariés par Pôle Emploi, quand ceux-ci sont obligés de rester chez eux à cause de la chute d'activité. 
 
Bruno Le Maire a aussi annoncé vendredi 27 mars que les dividendes seraient interdits pour les entreprises qui profitent des aides gouvernementales. Pour toutes les entreprises qui profiteraient du report d'impôt et de charges sociales, ou celles qui bénéficieraient d'une garantie publique pour un prêt bancaire qu'elles contractent, interdit de distribuer des dividendes en 2020, c'est-à-dire de verser aux actionnaires une part des bénéfices comme d'habitude. En quelque sorte, les actionnaires aussi sont mis au chômage partiel. 

C'est une mesure de bon sens : comment admettre qu'une entreprise profiterait des aides publiques pour faire des bénéfices, et les distribue ensuite ? Et voilà que l'Afep approuve cette mesure, et recommande à ses adhérents de s'y conformer. Tout comme le Medef, qui l'avait fait peu avant.

Une mesure logique ?

À lire aussi
Une enseigne Camaïeu (illustration) entreprises
Les infos de 7h30 - Coronavirus : l'enseigne Camaïeu placée en redressement judiciaire

 Tout cela est très inhabituel. Il y a un changement de ton. D'abord, tout le monde est très conscient du coût extraordinaire pour la collectivité que va représenter cette crise sanitaire et ses conséquences économiques. Les milliards, les centaines de milliards volent. 

Ensuite, ces déclarations interviennent alors que le gouvernement a fait voter une loi assez "patronale", en permettant aux employeurs des secteurs vitaux d'imposer des horaires beaucoup plus lourds que d'habitude aux salariés. 

Si l'on résume, avec cette crise, l'État va payer énormément. Les salariés vont faire un effort substantiel, d'autant plus remarquable que bon nombre de Français sont en télétravail, sans trop de contraintes. Il était logique que les actionnaires et les patrons, à leur tour, fassent montre de solidarité. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises Économie Salaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants