2 min de lecture Coronavirus France

Vaccin en France : "On bascule dans une défiance", déplore Aurélien Rousseau

INVITÉ RTL - Le directeur général de l'ARS Île-de-France regrette la si grande défiance des Français face au vaccin. Aurélien Rousseau rappelle que ce dernier "est l'un des leviers les plus puissants pour maîtriser cette épidémie".

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Vaccin en France : "on bascule dans une défiance", déplore Aurélien Rousseau Crédit Image : Ludovic MARIN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Marie Gingault

Dimanche 27 décembre à Sevran (93), Mauricette, 78 ans, était la première Française à recevoir une dose du vaccin Pfizer contre le coronavirus. "Cette première résidente vaccinée elle allait bien avant et elle allait bien après", assure Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence Régionale de Santé (ARS) d'Île-de-France qui parle d'un moment "très émouvant". 

"Il faut le dire aussi parce qu'on ne le dit peut-être pas assez, c'était très émouvant. Parce que ça fait quand même 11 mois maintenant que c'est une litanie de mauvaises nouvelles, c'était une très très belle nouvelle", insiste celui qui se remémore la première vague de l'épidémie : "C'était d'une violence inouïe, la mort rôdait partout, et hier c'était autre chose, c'était un état d'esprit et ça faisait beaucoup de bien". 

Si la dizaine de personnes vaccinées hier peut sembler peu, Aurélien Rousseau souligne que le choix du gouvernement français est de prendre "tout le temps nécessaire au recueil du consentement libre et éclairé". "On veut installer la confiance en discutant avec les gens. On leur présente les éléments et ils décident s'ils se font vacciner ou pas", précise le directeur de l'ARS d'Île-de-France. 

C'est un acte individuel, mais c'est aussi un acte de protection collective

Aurélien Rousseau - Directeur général de l'ARS d'Île-de-France
Partager la citation

En effet, c'est une étape importante à ne pas négliger, particulièrement quand on remarque le scepticisme des Français face à l'arrivée des vaccins. Dans un baromètre publié par nos confrères du JDD, le pays de Pasteur est quasiment avant-dernier des pays cités à accepter la vaccination. 

À lire aussi
Coronavirus : les démarches à suivre pour se faire vacciner Coronavirus France
Vaccin contre le coronavirus : près de 500.000 Français ont pris rendez-vous vendredi

"Les interrogations et les doutes c'est naturel et c'est sain, mais là on bascule dans une défiance", regrette Aurélien Rousseau qui rappelle que "toutes les procédures ont été respectées, toutes les étapes. Le suivi des effets indésirables est connu, il est public. Ce sont des dossiers de dizaines de milliers de pages qui ont été rendus par toutes les autorités sanitaires du monde", souligne le directeur général de l'ARS d'Île-de-France. 

Ainsi, à tous les Français sceptiques, Aurélien Rousseau aimerait rappeler que "le vaccin est l'un des leviers les plus puissants pour maîtriser cette épidémie". "C'est un acte individuel, mais c'est aussi un acte de protection collective". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Épidémie Vaccin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants