3 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : pourquoi les politiques sont silencieux face aux premières vaccinations

ÉDITO - Dimanche 27 décembre, Mauricette, 78 ans, a été la première française à se faire vacciner contre le coronavirus. Pourtant, la classe politique n'a pas réagi.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Coronavirus : pourquoi les politiques sont silencieux face aux premières vaccinations Crédit Image : THOMAS SAMSON / AFP / POOL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
William Galibert édité par Camille Guesdon

Hier matin, Mauricette, 78 ans, a donc été la première française vaccinée contre le coronavirus, dans un silence politique que vous trouvez assourdissant. Et pourtant elle s’était fait belle Mauricette, hier, dans cet hôpital de Sevran en Seine Saint-Denis, avec un petit pull zébré et une fierté que l’on devinait même sous son masque, "émue" d’être la première. Il va falloir des millions de Mauricette avant que cette petite lueur d’espoir ne puisse peut-être changer notre quotidien assombri par le virus, mais ce qui est frappant c’est que l’immense majorité de la classe politique a fait comme si Mauricette n’existait pas.

Et bien l’opposition d’abord, n’a pas eu un mot, pas même un tweet. Attention, on ne demande à personne de se réjouir béatement de cette première piqûre, et de la mise en scène qui allait avec, mais peut-être de s’exprimer enfin avec clarté sur ce vaccin, même pour faire valoir certains questionnements. 

Vous allez me dire que les politiques ont aussi droit de couper quelques jours en cette période de fêtes, mais par exemple ce week-end le patron des députés LR Damien Abad a pris quand même le temps de poster quelques photos de ses balades en forêt, mais pas un mot sur cette campagne de vaccination qui débute. Rien non plus côté PS, LFI ou Rassemblement national, qui ne se priveront en revanche jamais de réagir, par exemple si des effets secondaires étaient détectés après les vaccinations.

Le service minimum du gouvernement

Ca paraitrait logique, après tout dans les autres pays, la première vaccination a été vécue comme une fête, en Angleterre le Premier Ministre Boris Johnson donnait l’impression qu’il avait gagné la Coupe du monde de foot. 

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : les masques en tissus protègent-ils du variant britannique ?

Mais chez nous, non. Un message d’Emmanuel Macron, et pour le reste ça a été plutôt service minimum. Jean Castex, l’homme qui est supposé mener la politique vaccinale en France, est resté muet, et on a même pas vu le ministre de la Santé hier dans un Ehpad ou dans un hôpital pour assister à l’une des injections. Olivier Véran l’a d’ailleurs rappelé dans une interview au JDD : "Le gouvernement n’est chargé que de l’organisation". En clair, la logistique, les frigos, le transport, c’est nous, mais pour le reste, faisons confiance aux blouses blanches qui feront ça très bien.

Mais pourquoi choisir de rester autant en retrait ?

Parce que le constat au sommet de l’État est sans appel : le scepticisme, voire le complotisme sur ces questions est tellement profond chez les Français, qu’il ne faut surtout pas se mettre en avant. Plus le temps passe, et plus les chiffres sont alarmants : la dernière enquête BVA montre que seuls 44% des Français se disent prêts à se faire vacciner. 

Et le président a la conviction que la parole politique ne fera qu’empirer la défiance, d’ailleurs vous ne l’entendez pas dire "Faites-vous vacciner", mais plutôt "tout se fera dans la transparence, et rien ne sera obligatoire". 

Alors pour l’instant, cette mise en retrait de l’exécutif est réfléchie, théorisée, en espérant que les mois à venir permettent de lever les doutes. Le gouvernement mise là-dessus. De toute façon les doses de vaccin vont arriver au compte-goutte, et la campagne massive de vaccination, ne débutera véritablement, au mieux, qu’à la fin du printemps prochain.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Vaccin France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants