1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Nièvre : niveau élevé de pesticides dans l'eau, une association s'inquiète
2 min de lecture

Nièvre : niveau élevé de pesticides dans l'eau, une association s'inquiète

VU DANS LA PRESSE - D’après une étude de l'association Générations futures, la Nièvre était en 2019 le septième département avec les niveaux les plus élevés de résidus de pesticides trouvés dans l'eau du robinet.

Un agriculteur épand des pesticides (Illustration).
Un agriculteur épand des pesticides (Illustration).
Crédit : REMY GABALDA / AFP
Florise Vaubien

D'après un rapport publié 17 juin par l'association Générations futures, la Nièvre (Bourgogne-Franche-Comté) était en 2019 le septième département de métropole qui présentait les niveaux les plus élevés de résidus de pesticides dans l’eau du robinet. Par ailleurs,  l'association, qui défend "une vision correcte de la réalité", pointe du doigt le manque d’"harmonisation" dans les méthodologies employées pour effectuer les analyses. 

Générations futures rappelle que si son étude se base sur les résultats des agences régionales de santé (ARS), leurs données présentent des biais. "Les substances recherchées [n’étant] pas nécessairement les mêmes pour chaque prélèvement, tout travail de comparaison entre les départements peut être entaché de biais", peut-on lire dans le rapport de l'association

Plus de 200 résidus potentiellement dangereux

Carolyne Goin, ingénieure sanitaire à l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté, assure que les analyses effectuées recherchent systématiquement des traces de produits phytosanitaires sur tous les réseaux. "Près de 130 prélèvements – sur un total de 1.900 – effectués dans la Nièvre sur les captages, en sortie de station de traitement et au robinet du consommateur, ont été réalisés à la recherche d’au moins un pesticide", rapporte le Journal du centre

Parmi ses échantillons, plus de 200 résidus "pouvant agir perturbateurs endocriniens et/ou étant jugés cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques". Près de la moitié de ces substances provenaient de pesticides interdits

Des méthodologies divergentes

À lire aussi

Mais Carolyne Goin estime que l'analyse de Génération futures contiendrait des failles. Son "étude montre une imprégnation du territoire par les pesticides" alors que "l’ARS s’attache à surveiller les situations qui pourraient avoir un impact sur la santé des consommateurs", juge-t-elle. D’après l’ingénieure, "moins d’un prélèvement sur dix (7 %) a mis en lumière la présence d’un pesticide ou plus en quantité supérieure à la valeur limite, fixée par la réglementation française".

L’association Générations futures a également dénoncé un risque sanitaire lié aux pesticides en Haute-Saône, région qui elle aussi subit une pression agricole intense. Son étude rapporte un niveau inquiétant de résidus de pesticides dans l'eau du robinet.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/