1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes vous explique l'importance du vaccin contre les papillomavirus
3 min de lecture

Michel Cymes vous explique l'importance du vaccin contre les papillomavirus

Depuis le début 2021, le vaccin contre les papillomavirus est remboursé pour les garçons comme il l'était auparavant pour les jeunes filles.

Le Gardasil 9 est désormais remboursé pour les garçons
Le Gardasil 9 est désormais remboursé pour les garçons
Crédit : AFP
Michel Cymes vous explique l'importance du vaccin contre les papillomavirus
02:46
Michel Cymes vous explique l'importance du vaccin contre les papillomavirus
02:56
5. BONUS - "Parlons Vaccin" : faut-il craindre les nouveaux variants ?
04:39
Michel Cymes - édité par Capucine Trollion

Le vaccin du papillomavirus est désormais remboursé pour les garçons. Notre attention est tellement captée par l'épidémie de coronavirus que l'information est passée un peu inaperçue. Depuis début 2021, le Gardasil 9, le vaccin qui protège contre les papillomavirus humains, est remboursé pour les garçons comme il l'était auparavant pour les jeunes filles.

C'est la Haute Autorité de Santé qui en avait fait la recommandation il y a un peu plus d'un an. Elle a donc été suivie. Le remboursement s'est généralisé parce que parmi les cancers liés aux infections au papillomavirus, un quart survient chez les hommes. Cela reste minoritaire, mais ce n'est pas rien.

On a eu un peu trop tendance depuis des années, à considérer que les papillomavirus n'étaient que l'affaire des femmes parce qu'on l'associait, à juste titre au col de l'utérus. Se faisant, on a ignoré le danger pour la moitié de la population, parce qu'il faut le dire, le vaccin protège aussi contre d'autres cancers : celui de l'anus. Et un homme porteur du papillomavirus peut le transmettre à sa ou son partenaire.

Quelle est l'efficacité de ce vaccin ?

Elle tutoie les 100%. Pour une efficacité maximale, l'idéal c'est que la vaccination intervienne quand le garçon ou la fille est encore vierge, je dirais plus loin : avant qu'on ne se livre à des relations sexuelles même sans pénétration. Parce que les papillomavirus peuvent se transmettre par simple contact des parties génitales. Alors bien sûr, notre organisme est prêt à se défendre s'il y a contamination, mais parfois, des lésions persistent et se rappellent à votre mauvais souvenir des années plus tard en évoluant vers un cancer.

Le préservatif ne constitue pas une défense suffisante

À lire aussi

Le préservatif demeure une bonne protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST), notamment contre le virus HIV. Mais dès lors qu'un simple contact entre les parties génitales permet à un papillomavirus d'un ou d'une partenaire à l'autre, il ne faut pas considérer que c'est la panacée, sauf à imaginer que les préliminaires se fassent avec un préservatif, mais bon, je sens assez mal le scénario.

Comment se passe la vaccination ?

Pour les jeunes qui ont entre 11 et 14 ans, il faut deux injections espacées de six mois à un an environ. Pour ceux qui ont plus de 14 ans et jusqu'à 19 ans, il faut trois injections. La deuxième a lieu deux mois après la première et la troisième six mois après. Pour y avoir droit, il faut une ordonnance. Le remboursement, dont je vous parle est de 65% par la Sécu, le reste étant à la charge de la mutuelle si vous en avez une.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/