2 min de lecture Santé

Michel Cymes vous dit pourquoi il ne faut pas réutiliser un préservatif

Aux États-Unis, des cas de shigellose, normalement présente dans les pays sous-développés, ont été répertoriés. Après des recherches, il s'est avéré que certaines personnes réutilisaient des préservatifs.

CYMES_245300 Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes
>
Michel Cymes vous dit pourquoi il ne faut pas réutiliser un préservatif Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Eléanor Douet

Aussi surprenant que cela puisse paraître, en 2018 certaines personnes utilisent encore des préservatifs usagés. Aux États-Unis, le Centre de prévention et de contrôle des maladies sexuellement transmissibles a récemment activé son compte Twitter pour rappeler qu'il ne fallait en aucun cas laver un préservatif usagé pour le réutiliser.

Cela peut paraître surréaliste, pour tout dire ça l'est, mais c'est une réalité. Dans son tweet, cet organisme sanitaire a même précisé : "désolé on vous dit ça parce que les gens le font". 

Ce phénomène se déroule aux États-Unis et c'est bien ce qui est inquiétant. On pourrait en effet penser que dans la première puissance mondiale, dans le pays le plus développé de la planète, le mode d'emploi du préservatif n'a échappé à personne, mais apparemment ce n'est pas le cas.

À lire aussi
Un petit déjeuner complet : pain complet, thé, jus de fruit 100% et laitage alimentation
La biscotte, vrai ou faux ami du petit-déjeuner ? Michel Cymes répond

Et comme souvent, ce qui se passe en Amérique finit par traverser l'Atlantique, il n'est pas inutile de préciser deux-trois choses, quitte à friser le ridicule. Rappelons donc à toutes fins utiles qu'un préservatif ne sert qu'une seule fois, qu'il ne se lave pas, qu'on ne le frotte pas avec du savon et qu'il se jette une fois qu'il a été déroulé et ce, qu'il y ait eu éjaculation ou pas. 

Pourtant ces messages de prévention figurent sur le mode d'emploi, mais visiblement ils n'ont pas atteint tous les cerveaux. Il faut donc bien garder en tête qu'un préservatif usagé ne protège pas contre les infections sexuellement transmissibles, à commencer par le Sida.

La shigellose revient dans les pays développés

L'alerte est venue de Californie, où un centre de recherche de San Diego s'est aperçu que de plus en plus d'homosexuels attrapaient la shigellose. Après enquête, il s'est avéré que beaucoup réutilisaient leurs préservatifs.

La shigellose est pourtant une maladie habituellement présente dans les pays sous-développés, où sévissent pauvreté et manque d'hygiène à cause d'infrastructures sanitaires défaillantes ou absentes. 

Dernière précision : on ne réutilise pas un préservatif, mais il ne faut pas en mettre deux l'un sur l'autre. C'est la meilleure façon de les déchirer et donc de s'exposer à tout ce dont on veut se protéger. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Préservatif VIH
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795241066
Michel Cymes vous dit pourquoi il ne faut pas réutiliser un préservatif
Michel Cymes vous dit pourquoi il ne faut pas réutiliser un préservatif
Aux États-Unis, des cas de shigellose, normalement présente dans les pays sous-développés, ont été répertoriés. Après des recherches, il s'est avéré que certaines personnes réutilisaient des préservatifs.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/michel-cymes-vous-dit-pourquoi-il-ne-faut-pas-reutiliser-un-preservatif-7795241066
2018-10-31 11:37:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/HvbbqkyAYyfzqzi0tJxoBA/330v220-2/online/image/2018/0618/7793798699_les-preservatifs-gratuits-ne-sont-plus-distribues-dans-les-associations-image-d-illustration.jpg