3 min de lecture Allergie

Allergies : les conseils de Michel Cymes pour les gérer au mieux

Selon l'Institut Pasteur, 1 personne sur 4 est sujette aux allergies en Europe. Mais comment réagir lorsque le diagnostic est posé ?

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Les conseils de Michel Cymes pour gérer au mieux ses allergies Crédit Image : Philippe HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Léa Stassinet

Le printemps touche à sa fin mais les allergies, elles, sont toujours d’actualité. On les avait un peu oubliées avec le coronavirus mais le fait est qu’elles touchent un nombre croissant de personnes.

Si j’en crois l’Institut Pasteur, en Europe, 1 personne sur 4 est concernée. Et les perspectives ne sont pas folichonnes parce que de son côté, l’OMS parle d’1 personne sur 2 à l’horizon 2050, dans les pays développés. Ce qui est sûr, c’est que les allergies sont dues à un dérèglement du système immunitaire. Il a tendance à sur-réagir, ce qui se manifeste par des problèmes cutanés (qui vont de l’urticaire à l’eczéma en passant par la dermatite) ou des problèmes respiratoires (du style rhinites, asthme ou œdème).

Où se trouvent ces allergènes, initialement ? Dans l’air ? Dans la nourriture ? Les deux. Dans l’air, on retrouve évidemment les pollens ou les poils de chats qui se baladent au gré du vent. Dans la nourriture, le coupable se trouve souvent dans les œufs, le lait, le soja, les fruits de mer, l’arachide, liste non exhaustive… Et je ne parle pas des allergies croisées que nous avons récemment évoquées dans l’hebdo : elles impliquent ce qu’on mange et ce qu’on respire !

Mais on a tendance à oublier que les allergènes peuvent aussi se nicher dans le venin d’insectes, dans certains objets en latex ou en nickel, sans oublier certains médicaments, je pense notamment à ceux qui contiennent de la pénicilline… 

Différents types de symptômes

À lire aussi
Les pics de dispersion des pollens dans l'air sont prévus au moment du déconfinement. pollens
Allergies aux pollens : comment s'en prémunir ?

Mais tous les allergènes produisent-ils le même type de symptômes ? Il n’y a pas de règle gravée dans le béton. Il est vrai qu’une allergie aux acariens, aux pollens ou aux poils d’animaux va plutôt se traduire par une rhinite, de l’asthme ou une conjonctivite.


Il est également vrai que l’allergie alimentaire provoquera plutôt une urticaire ou une colique. Mais ça, c’est le cadre général. En réalité, une allergie respiratoire peut parfaitement déclencher une urticaire et une allergie alimentaire vous faire éternuer pendant des heures. C’est d’ailleurs ce qui rend le travail des médecins un peu compliqué quand il s’agit de trouver la cause d’une allergie. À la condition préalable que le patient ait pensé de se livrer à cette recherche…

7 ans en moyenne avant de consulter

On a un petit problème avec les personnes allergiques : souvent, elles ne sont pas au courant de leur état ! Si j’en crois l’Institut Pasteur, une personne allergique mettrait en moyenne 7 ans avant de consulter. Vous imaginez ? 7 ans ! En 7 ans, on a le temps de déguster… Vous avez des patients qui se baladent toute l’année ou presque le nez bouché et qui ne pensent pas une demi-seconde que ce peut être à cause des acariens… Il faut parfois qu’ils attendent d’avoir un choc anaphylactique, c’est-à-dire une réaction généralisée, la plus violente qui soit, pour commencer à se poser des questions.

Une fois qu’on a identifié un allergène, la première mesure à prendre est l'éviction. Vous devez mettre de la distance entre l’allergène et vous. Si vous êtes allergique à un aliment, il faut le bannir de vos repas. Si vous êtes allergiques aux poils de chats, il va falloir songer à se séparer de Minou. Et si on est allergique aux pollens, on évite de mettre le nez dehors ? C’est un peu compliqué…


Voilà pourquoi, quand on est concerné (et quel que soit le type d’allergie, au fond, parce qu’on ne peut pas avoir l’œil sur tout), il est bien d’avoir sur soi un stylo auto-injecteur d’adrénaline. En cas de problème, vous vous plantez ça dans la cuisse, ça vous fait un choc d’adrénaline et ça permet de voir venir. J’ajoute, pour terminer, que le port généralisé du masque chirurgical (qui protège ceux que nous croisons d’un hypothétique coronavirus) vous protège aussi, partiellement, certes, mais quand même, des allergènes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Allergie Santé Pollens
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants