1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Doliprane, aspirine et Advil ne seront plus en libre-service
1 min de lecture

Doliprane, aspirine et Advil ne seront plus en libre-service

Les médicaments contenant du paracétamol et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène et aspirine) devront tous être placés derrière le comptoir du pharmacien à partir du 15 janvier 2020, annonce l'Agence du médicament.

Des médicaments dans une pharmacie (Illustration).
Des médicaments dans une pharmacie (Illustration).
Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Paul Turban & AFP

Le paracétamol (Dafalgan, Doliprane, etc.) et les certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène et aspirine) sont "les médicaments les plus utilisés en automédication". Ils sont souvent présentés en libre-service dans les pharmacies, et délivrés sans ordonnance. Ces anti-douleurs et anti-fièvres devront tous être placés derrière le comptoir du pharmacien ce mardi 17 décembre l'Agence du médicament. 

La décision du régulateur devra être appliquée au plus tard le 15 janvier 2020. "Ces médicaments sont sûrs et efficaces lorsqu’ils sont correctement utilisés, mais présentent des risques lors d’une utilisation inadéquate", explique l'Agence du médicament. Cette mesure doit renforcer "le rôle de conseil du pharmacien auprès des patients qui souhaitent en disposer sans ordonnance", précise-t-elle. 

"Cette mesure s’inscrit dans la continuité des actions menées par l’Agence pour sécuriser l’utilisation de ces médicaments, notamment l’arrivée dans les prochains mois d’un message sur les boîtes des médicaments contenant du paracétamol afin d’alerter sur le risque pour le foie en cas de surdosage", indique l'instance. 

En cas de surdosage, le paracétamol peut se révéler particulièrement nocif pour le foie, notamment chez les personnes souffrant de dénutrition et d'alcoolisme. C'est la première cause d'hépatite fulminante, c'est-à-dire de destruction massive du foie qui nécessite une greffe d'urgence. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, eux, peuvent provoquer des infections sévères à l'origine d'hospitalisations, de séquelles et de décès.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/