2 min de lecture Hôpitaux

Coronavirus : une troisième vague hospitalière est-elle inévitable ?

Avec l'arrivée de Noël et du Nouvel An, les autorités sanitaires redoutent une forte hausse des contaminations. Les spécialistes prévoient encore plusieurs mois difficiles.

Un service de réanimation dans un hôpital, pendant l'épidémie de coronavirus (illustration)
Un service de réanimation dans un hôpital, pendant l'épidémie de coronavirus (illustration) Crédit : Remko DE WAAL / ANP / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault

Tandis que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, les autorités sanitaires redoutent une hausse des contaminations. À l'heure où nos voisins européens reconfinent, la France quant à elle, déconfine. Mais si les spécialistes se veulent optimiste, l'ombre d'une troisième vague persiste.

Une période de fêtes où le risque de transmission "est élevé". Dans un communiqué, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a alerté sur une potentielle troisième vague en Europe. "Il existe un risque élevé de nouvelle résurgence dans les premières semaines et les premiers mois de 2021", a indiqué la branche européenne de l'OMS. Cette dernière recommande par ailleurs de "porter un masque et pratiquer la distanciation sociale" lors des fêtes de décembre. 

Et si l'OMS préconise la plus grande prudence, c'est parce que l'épidémie repart à la hausse en Europe. À tel point que l'Italie et une partie du Royaume-Uni ont reconfiné pour les fête. De leur côté, les hôpitaux tentent d'anticiper une possible troisième vague, grâce à des outils de projection. 

On a six mois à passer encore difficiles

Jean-François Delfraissy - président du Conseil scientifiques.
Partager la citation

C'est le cas du CHRU de Nancy qui, en collaboration avec la Fédération hospitalière de France (FHF) a mis au point un modèle fiable pour déterminer l'évolution de l'occupation des lits de réanimationrapporte le JDD. Leurs projections avaient déjà permis d'anticiper les deux pics de mars et novembre. 

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : "Nous n'oublierons aucun visage, aucun nom", affirme Macron

Et les résultats de cette nouvelle étude ne sont pas porteurs d'espoir puisque celle-ci laisse craindre une troisième vague dès le 7 janvier. "Dès les prochains jours, les hôpitaux pourraient avoir des difficultés à faire face car la pression va inexorablement augmenter autour de Noël", s'inquiète le professeur Christian Rabaud, cité par nos confrères. "Le problème, c'est que les réas sont déjà en tension malgré les lits supplémentaires", regrette le médecin.

Sur BFMTV, Jean-François Delfraissy avait prévenu que les mois prochains seraient encore compliqués : "En terme de stratégie, on a d'un côté un espoir fort avec le vaccin et c'est ça qui va nous sortir du Covid-19, et inversement, on a six mois à passer encore difficiles, 2021 ressemblant à 2020, et en particulier les trois ou quatre premiers mois parce que ce virus est sensible au climat", a rappelé le président du Conseil scientifiques.

Des propos auxquels s'accorde le directeur de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris : "On a encore trois à six mois compliqués", a déclaré Martin Hirsch dans le Grand Jury

Lire la suite
Hôpitaux Maladie Virus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants