1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : pourquoi le gouvernement n'ouvre pas la vaccination à un plus large public
2 min de lecture

Coronavirus : pourquoi le gouvernement n'ouvre pas la vaccination à un plus large public

Malgré l'accumulation de rendez-vous non réservés, l'exécutif refuse encore d'élargir davantage la cible vaccinale et s'en tient à sa stratégie initiale : vacciner progressivement les personnes les plus faibles.

Coronavirus : un "plan spécifique" de vaccination pour l'été (illustration)
Coronavirus : un "plan spécifique" de vaccination pour l'été (illustration)
Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Coronavirus : pourquoi le gouvernement n'ouvre pas la vaccination à un plus large public
01:44
Virginie Garin & Benjamin Hue

Faut-il en finir avec les priorités vaccinales ? Alors que des dizaines de milliers de rendez-vous pour une première injection ne sont pas réservés chaque jour, les appels à élargir la vaccination à un plus large public se multiplient dans l'Hexagone. Ce mercredi 28 avril encore, 274.000 créneaux étaient disponibles au matin sur le site Vite Ma Dose. La maire de Paris Anne Hidalgo a demandé à nouveau plus de souplesse au gouvernement, appelant à débrider la question de l'âge.
 
Pour l'instant, le gouvernement est inflexible sur cette question. Alors que la barre symbolique des 20 millions d'injections a été franchie mardi, premières et deuxièmes doses cumulées, l'exécutif refuse d'élargir davantage la cible vaccinale et s'en tient à sa stratégie initiale. 

La priorité reste de vacciner progressivement les personnes les plus fragiles, les plus âgées et désormais certains professionnels exposés de plus de 55 ans. La France ne dispose pas encore de suffisamment de doses pour élargir le spectre, ce qui implique de maintenir des cibles prioritaires. Plus de la moitié des 60-69 ans n'ont pas encore reçu de dose, par exemple. L'exécutif campe sur son calendrier : la prochaine étape, c'est le 15 mai pour les plus de 50 ans.

Bientôt ouvert aux moins de 50 ans souffrant d'obésité ?

La grande quantité de doses disponibles actuelle s'explique par l'arrivée de vaccins Pfizer ces derniers jours, avec plus de 200.000 rendez-vous qui ont été proposés sur les plateformes. Le ministre de la Santé a demandé aux personnes prioritaires de s'inscrire. S'il constate dans les jours qui viennent que les rendez-vous vous restent libres, le gouvernement n'exclut pas d'accélérer le calendrier, comme il l'a déjà fait pour les 55-60 ans il y a deux semaines. La piste la plus sérieuse à l'étude mardi était l'ouverture prochaine de la vaccination aux personnes de moins de 50 ans souffrant d'obésité.
 
L'accumulation de créneaux disponibles sur les sites de prises de rendez-vous ne signifie pas que ces doses sont perdues, même si l'on ne dispose d'aucun chiffre officiel sur ce point. Le gouvernement tablait sur 5% de perte à l'origine pour des problèmes de transport, de conservation. La doctrine est justement de ne pas perdre de dose. Quand un centre a des flacons ouverts, il est possible de s'inscrire sur liste d'attente, auprès des centres de vaccination ou via le site CovidListe. Il est aussi possible de faire la queue à la fermeture des centres. Il est possible d'être vacciné sans être éligible. Mais les personnels soignants appellent généralement les personnes les plus âgées en priorité.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/