1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Coronavirus : "On vaccine à flux tendu", assure le patron de Doctolib

Coronavirus : "On vaccine à flux tendu", assure le patron de Doctolib

Stanislas Niox-Chateau est optimiste à propos de la vaccination. Selon lui, l'objectif du gouvernement d'administrer une première dose à 20 millions de Français à la mi-mai devrait être atteint "le 17 mai".

Un vaccin administré contre le coronavirus (illustration).
Un vaccin administré contre le coronavirus (illustration).
Crédit : YOSHIKAZU TSUNO / POOL / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault
Journaliste

Le patron de Doctolib, Stanislas Niox-Chateau, est optimiste quant à la progression de la campagne de vaccination. Selon lui, l'objectif du gouvernement d'atteindre 20 millions de personnes ayant au moins reçu une injection de vaccin contre le coronavirus à la mi-mai devrait être atteint "le 17 mai".

"Nos prévisions montrent que nous pouvons y arriver le 17 mai", assure-t-il dans le Journal du dimanche, soulignant que "cette semaine a été riche en bonnes nouvelles : 25 % des Français sont désormais vaccinés en première dose. Vendredi, nous avons battu deux records: 618.000 vaccinés en une journée et plus de 500.000 Français ont pris un rendez-vous sur Doctolib".

"On vaccine désormais à flux tendu : 2,8 millions de doses de Pfizer-BioNTech et Moderna arrivent chaque semaine en France, et 2,7 millions de Français sont vaccinés chaque semaine. Le facteur limitant reste le nombre de doses : si on les avait, on aurait explosé les 20 millions" de Français ayant reçu au moins une injection, estime-t-il.

Seulement 75% des doses d'AstraZeneca administrées contre 90% pour Pfizer

Pour le patron de Doctolib, il "existe au moins trois leviers d'accélération", à savoir la livraison d'un plus grand nombre de doses. Deuxièmement, le fait qu'"on vaccine deux à trois fois moins les week-ends et les jours fériés" : une tendance à combattre tandis que plusieurs ponts arrivent. Enfin, "il faut se reposer davantage sur la ville" estime-t-il : "les généralistes et les pharmaciens ont envie de vacciner, en ont les capacités, mais ne peuvent aujourd'hui le faire qu'avec de l'AstraZeneca". La défiance envers ce vaccin constitue "un frein important", admet Stanislas Niox-Chateau.

À lire aussi

En effet, face à la réticence des Français, le Premier ministre Jean Castex, a appelé les personnes de 55 ans et plus à se faire vacciner avec le vaccin d'AstraZeneca. Selon les chiffres du ministère de la Santé datant de dimanche dernier, seulement 75% des doses reçues de ce vaccin ont été injectées, contre 90% pour le vaccin Pfizer BioNtech.

Stanislas Niox-Chateau mise également beaucoup d'espoir sur l'accélération de la vaccination au mois de juin. "Si on a les doses, on y arrivera", assure-t-il. "Nos modèles de prévisions montent à 800.000 doses journalières fin juin, avec 50 % de la population vaccinée à une dose".  En outre, à partir de ce lundi 10 mai, la vaccination sera élargie à tous les plus de 50 ans, sans condition de santé. À partir de mercredi, tous les adultes, sans condition d'âge, pourront recevoir une dose en cas de rendez-vous disponibles la veille pour le lendemain.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/