1 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "On a très peur des réveillons", confie un infectiologue

INVITÉ RTL - À l'approche des fêtes de fin d'année, l'infectiologue Robert Sebag appelle à la responsabilité individuelle pour ne pas tomber dans une troisième vague de l'épidémie.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus : "On a très peur des réveillons", confie Robert Sebag Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Florine Boukhelifa

Tester, tracer, isoler. Emmanuel Macron s'adressera aux Français mardi 24 novembre pour faire le point sur le déconfinement. Le président devrait annoncer des mesures progressives alors que les chiffres de l'épidémie en France sont toujours critiques.

"Nous avons loupé le coche quand nous avions 300 cas quotidiens", regrette Robert Sebag. Si l'infectiologue reconnaît une "nette amélioration de la situation", celle-ci reste tout de même "tendue". À l'approche d'un allégement des mesures sanitaires, le médecin a un maître-mot : la prudence. "Le virus circule toujours, l'hiver approche, on vit beaucoup moins dehors", il y a donc plus de risques d'être contaminé, observe-t-il.

Le mois de décembre annonce également de nombreux rassemblements familiaux en vue des fêtes de fin d'année. "On a très peur réveillons", confie Robert Sebag. Selon lui, il faut continuer de surveiller la situation de très près, "tous les jours". Les chiffres pourraient une nouvelle fois évoluer rapidement, avec "une explosion de cas d'une région à l'autre." L'infectiologue note tout de même une "lueur d'espoir qui est le vaccin" et espère qu'Emmanuel Macron l'évoquera durant son allocution.

Il faudra attendre le début de l'année 2021 pour faire le point sur les conséquences du réveillon. "On ne peut pas se permettre une troisième vague", avertit l'infectiologue. La responsabilité individuelle est "plus que jamais de mise" en cette période. Sans quoi, "nous serons très mal d'ici la mi-janvier, voire février", poursuit-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Coronavirus France Vaccin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants