2 min de lecture Risque sanitaire

Coronavirus : "Nous avons eu raison de ne pas reconfiner" fin janvier, martèle Macron

"Je peux vous affirmer que je n'ai aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d'échec", a assuré le président de la République ce jeudi 25 mars.

Emmanuel Macron le 25 mars 2021 en visioconférence depuis l'Élysée lors du sommet européen.
Emmanuel Macron le 25 mars 2021 en visioconférence depuis l'Élysée lors du sommet européen. Crédit : Michel Euler / POOL / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault et AFP

À l'issue d'un sommet européen qui s'est déroulé en visioconférence ce jeudi 25 mars, Emmanuel Macron a estimé avoir pris la bonne décision en ne reconfinant pas le pays fin janvier et a ainsi refusé tout "mea culpa".

"Je peux vous le dire : nous avons eu raison de ne pas reconfiner la France à la fin du mois de janvier, parce qu'il n'y a pas eu l'explosion qui était prévue par tous les modèles", a insisté le chef de l'État dans une conférence de presse à l'Élysée, après le premier jour du Conseil européen. "Je peux vous affirmer que je n'ai aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d'échec", a-t-il martelé, tandis que les critiques se multiplient face à l'importante dégradation de la situation sanitaire constatée actuellement dans l'hexagone. 

Le président a toutefois reconnu que cette décision était risquée car "le virus tournait". "Mais nous considérions qu'avec les mesures de couvre-feu prises, les mesures de freinage, nous pouvions faire face sans qu'il y ait de flambée et c'est ce qu'il s'est passé", a-t-il plaidé. Emmanuel Macron a expliqué avoir pris "en compte plusieurs facteurs" afin de prendre cette décision, dont "la santé mentale", "la tension et les difficultés pour nos jeunes" ou encore "notre priorité éducative".

Il faut avoir à chaque fois la réponse la plus adaptée

Emmanuel Macron
Partager la citation

"C'est à chaque fois une balance que nous tenons", a également rappelé le chef de l'État qui a observé qu'il y avait ensuite eu "une inflexion" au début du mois de mars avec une "accélération" de l'épidémie, mise le compte de l'importante propagation du variant anglais

À lire aussi
virus
Coronavirus : il faut fermer les frontières avec l'Inde "au nom de la sécurité", plaide Martin-Genier

C'est donc cette raison que le gouvernement a décidé la mise en place de nouvelles mesures de confinement dans une vingtaine de départements désormais, dont la totalité de l'Île-de-France et des Hauts-de-France. "Il n'y a à mes yeux aucun tabou, il faut avoir à chaque fois la réponse la plus adaptée", a déclaré le président qui assure "prendre toutes les mesures utiles en temps et en heure".

Par ailleurs, le chef de l'État a d'ores et déjà annoncé que "dans les prochains jours et semaine, nous aurons des nouvelles mesures à prendre, tous ensemble" contre l'épidémie de coronavirus. "Ces semaines qui viennent seront difficiles", a-t-il admis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Risque sanitaire Confinement Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants