3 min de lecture Médecins

Coronavirus : non, 70% des soignants ne refusent pas la vaccination

FACT CHECKING - Alors que la vaccination des professionnels de la santé avance lentement, des internautes affirment, à tort, que la grande majorité refuse l'immunisation.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, 70% des soignants ne refusent pas la vaccination Crédit Image : YOSHIKAZU TSUNO / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Florine Boukhelifa

Le chiffre tourne beaucoup sur les réseaux sociaux et dans certains médias en ligne : 70% des soignants refuseraient de se faire vacciner. Cependant, ce pourcentage est à nuancer. Tout est parti d’une lettre d’Olivier Véran à l’adresse des personnels soignants et publiée sur Twitter le 5 mars dernier. Dans ce courrier, le ministre de la Santé exhortait les soignants à se faire vacciner le plus rapidement possible.


Aujourd'hui, près de 40% des personnels des Ehpad et 30% des personnels des établissements de santé sont vaccinés. Le chiffre est encourageant, mais ne progresse que trop peu. "Cela ne suffit pas", peut-on lire dans la missive d'Olivier Véran. Depuis, certains parlent de vaccination obligatoire, pendant que d’autres misent sur la pédagogie. Quelques anti-vaccins radicaux ont un raisonnement beaucoup plus simple : si 30% des soignants sont vaccinés comme l’affirme le ministre, cela veut dire que 70% d'entre eux refusent le vaccin car ils savent ce qu’il y a dedans et ne veulent pas en souffrir.


L'AFP Factuel a même trouvé une publication partagée de très nombreuses fois sur Facebook. Intitulée "les soignants ne sont pas des seringues, 70% refusent de se faire vacciner", elle est issue d’un collectif baptisé "Sentinelles du peuple". Pourtant, la réalité est loin d'être aussi simple : si, à la date du 5 mars, 30% du personnel hospitalier est vacciné, cela ne veut pas forcément dire que tous les autres refusent le vaccin.

Les soignants non-prioritaires sur la vaccination

De nombreux soignants ont effectivement boudé le vaccin AstraZeneca, car même si les autorités cherchent à rassurer, beaucoup de blouses blanches s’inquiètent et disent avoir manqué d'informations sur les vaccins. Des responsables des secteurs public et privé ont aussi constaté un blocage, dans un ensemble totalement disparate. Les généralistes semblent ainsi moins réticents que dans le milieu hospitalier, mais cette réticence est encore plus forte dans les maisons de retraite.

À lire aussi
Joe Biden
Les infos de 18h - Aux États-Unis, des bières gratuites pour relancer la campagne de vaccination


Selon Thierry Amouroux, porte-parole du SNPI, syndicat des infirmiers, il existe une autre raison, bien plus simple : "Beaucoup de soignants qui ont fait la demande, y compris pour l'AstraZeneca, n'ont pas encore réussi à avoir de place". Le fait d’être professionnel de santé ne donne en effet en rien un accès prioritaire au vaccin.

Le 9 mars dernier, l’Académie de médecine réclamait la vaccination obligatoire pour les soignants. Pourtant, avec sa lettre du 5 mars dernier, Olivier Véran montre que l'exécutif reste sur un appel solennel. De son côté, Emmanuel Macron a toujours dit qu’il ne rendrait pas la vaccination obligatoire, il est donc difficile de rompre la parole donnée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecins Ehpad Hôpitaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants