2 min de lecture International

Vaccin AstraZeneca : la Norvège alerte sur des cas d'hémorragies cutanées chez des jeunes

La Norvège a rapporté des cas d'hémorragies cutanées chez des personnes relativement jeunes qui ont reçu une injection du vaccin AstraZeneca. La vaccination avait déjà été suspendue pour des risques de caillots sanguins.

Le vaccin AstraZeneca (illustration).
Le vaccin AstraZeneca (illustration). Crédit : MIGUEL RIOPA / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Caillots sanguins, hémorragies cutanées... Le vaccin AstraZeneca accumule les revers en Norvège. Samedi 13 mars, les autorités sanitaires ont sonné l'alarme après avoir observé des cas d'hémorragies cutanées chez des personnes relativement jeunes ayant reçu une dose du sérum. Les administrations du vaccin avaient déjà été suspendues par l'Institut norvégien de santé publique en raison de craintes liées à la formation de caillots sanguins.

Si aucun lien n'est encore établi avec le produit développé par le laboratoire britannique et l'université d'Oxford, ces hémorragies sont "graves et peuvent être le signe d'une diminution du nombre de plaquettes", a déclaré l'agence sanitaire, qui conseille désormais aux personnes de moins de 50 ans présentant des symptômes plus de trois jours après la vaccination de consulter un médecin.

Par ailleurs, trois soignants ont récemment été admis à l'hôpital universitaire d'Oslo pour des caillots sanguins, après avoir reçu le vaccin AstraZeneca. De plus, une personne est décédée d'une hémorragie cérébrale. De quoi soulever de nombreuses inquiétudes en Norvège, qui a ouvert une enquête, même si là aussi, aucun lien n'est encore établi avec l'injection du sérum. 

Des risques de caillots sanguins ?

Toujours est-il que les risques de caillots de sang ont poussé le gouvernement norvégien, comme l'Islande et le Danemark, à suspendre les administrations du vaccin AstraZeneca par principe de "précaution". 

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : vacciner les ados est "un impératif arithmétique", dit le Pr Fischer

L'Agence norvégienne des médicaments a indiqué samedi qu'elle examinait "de plus près les rapports de caillots sanguins et de saignements pour tous les vaccins contre le coronavirus". "Nous attendons des informations pour voir s'il y a un lien entre la vaccination" et ce symptôme, a expliqué un haut responsable de l'Institut national de santé publique, Geir Bukholm, lors d'une conférence de presse.

De son côté, l'OMS a jugé vendredi qu'il n'y avait "pas de raison de ne pas utiliser" ce sérum anti-Covid et qu'aucun lien de cause à effet sur la formation de caillots sanguins n'avait pour l'instant été prouvé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Santé Enquête
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants