2 min de lecture Hôpitaux

Coronavirus : l'oxygénation de patients à domicile testée à Paris

La nouvelle initiative de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) espère mettre en place l'oxygénation de patients à domicile pour qu'ils sortent plus rapidement des services hospitaliers.

Une infirmière régule l'oxygène d'un patient atteint du Covid-19 à Colmar, le 26 mars 2020
Une infirmière régule l'oxygène d'un patient atteint du Covid-19 à Colmar, le 26 mars 2020 Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) teste l'oxygénation de patients à domicile pour désengorger les services de réanimation en Ile-de-France, a indiqué son directeur général Martin Hirsch, dans une interview à paraître mardi 31 mars dans Libération.

Des moyens médicaux supplémentaires sont attendus alors que la pandémie de coronavirus entraîne la saturation des services hospitaliers depuis le début de la crise sanitaire. Baptisée "Covidom 02", cette initiative consiste en la possibilité d'oxygénation des patients à domicile sous surveillance médicale à distance

Elle vise à "commencer à préparer la suite : faire en sorte que des patients puissent sortir de médecine aiguë plus rapidement de sorte à pouvoir en accueillir d'autres, par exemple sortant de réanimation", explique Martin Hirsch. "On teste s'il est possible de suivre leur état de santé et leur niveau de saturation en oxygène à domicile".

Les hôpitaux redoutent le pic de la vague

La barre des 3.000 victimes du coronavirus a été dépassée en France où les centres hospitaliers doivent absorber un afflux sans précédent en réanimation, en particulier en Ile-de-France. Or, le pic de la vague n'est pas encore atteint en Ile-de-France, selon Martin Hirsch: "Je ne sais pas quand il arrivera. Le pic serait le moment où on verrait diminuer jour après jour le nombre de patients dans les services de réanimation. Or il augmente encore", remarque-t-il.

À lire aussi
Donald Trump le 6 avril 2020 États-Unis
Coronavirus aux États-Unis : Donald Trump annonce faire don de son salaire pour la recherche

Parmi les points critiques, "la hantise, c'est de ne pas avoir les médicaments nécessaires. On a quelques jours de consommation en stock seulement", explique-t-il. En revanche, en termes de respirateurs et matériel de réanimation, "on a réussi à amoindrir les problèmes. On a quelques approvisionnements. La fabrication monte en cadence", même si "on est toujours à devoir compter sur des respirateurs qui ne sont pas les plus adaptés", selon lui. Quant aux masques, "dans les hôpitaux de l'AP-HP, on a un mois devant nous".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Paris Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants