3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : 40% des sympathisants RN pensent qu'il a été fabriqué en laboratoire

ÉCLAIRAGE - Marine Le Pen a jugé "de bon sens" de se demander si le virus ne s'est pas "échappé d'un laboratoire", tout en précisant ne pas avoir "d'opinion" sur ce sujet.

Marine Le Pen en meeting à Villeblevin, dans l'Yonne, le 21 mai 2019
Marine Le Pen en meeting à Villeblevin, dans l'Yonne, le 21 mai 2019 Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

La stratégie du doute. Marine Le Pen a accusé sans détour, ce lundi 30 mars, le gouvernement de mentir sur "absolument tout" à propos du l'épidémie de coronavirus, jugeant "de bon sens" de se demander si le virus ne s'est pas "échappé d'un laboratoire"

La présidente du Rassemblement national a dénoncé, sur France info, une "stratégie du gouvernement" consistant "à cacher le niveau de faiblesse de l'État, de nos stocks, d'impréparation de notre pays, plutôt que de dire la vérité". Plus d'un quart (26%) des Français pensent que le nouveau coronavirus a été fabriqué en laboratoire, dont 17% "intentionnellement", selon une étude de l'Ifop publiée samedi.

"Ce qui est intéressant dans cette étude, c’est cette persistance de la fake news autour d’un événement. On avait retrouvé le même phénomène au moment des attentats contre Charlie Hebdo et du Bataclan et après l’incendie de Notre-Dame. D’un coup, il y a comme une visibilité et ces théories complotistes qui sortent de leur lit pour inonder, notamment les réseaux sociaux. Comme une défiance envers les médias et les institutions", note le journaliste Jean-Matthieu Pernin

Non, l’Institut Pasteur n’a pas inventé le coronavirus

Interrogée par France Info sur l'étude de l'Ifop, selon laquelle 40% des sympathisants du Rassemblement national pensent que le coronavirus a été fabriqué en laboratoireMarine Le Pen a jugé "de bon sens" de se demander si le virus ne s'est pas "échappé d'un laboratoire", tout en précisant ne pas avoir "d'opinion" sur ce sujet. Estimant que l'origine du Covid-19 "ne change rien à la situation dans laquelle nous sommes", elle a insisté sur le fait que "le doute n'est pas un délit" et qu'il permet de "réfléchir et de trouver la vérité".

À lire aussi
Des plants séchés d'Artemisia, une plante utilisée pour lutter contre le paludisme en Afrique Afrique
Covid-19 : l'OMS encourage la recherche sur les médecines naturelles en Afrique

"Dans l'histoire, je sais, parce que j'essaie de ne pas être inculte, qu'un certain nombre de maladies ont échappé des laboratoires, comme la myxomatose par exemple. Ce sont des choses qui arrivent (...) Ça ne change rien à la situation dans laquelle nous sommes. L'origine du virus n'a hélas aucune influence sur ce que nous sommes en train de vivre", a ajouté la présidente du Rassemblement national 

Deux articles du service Fact-checking de l'AFP du 27 janvier et du 18 mars ont montré que le Covid-19 n'a pas été créé puis breveté en laboratoires, de fausses informations devenues virales s'appuyant sur des dépôts de brevets relatifs à des virus différents.

Marine Le Pen fait ainsi référence à une vidéo vue des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux. On y voit un homme affirmant que le nouveau coronavirus a été créé volontairement par l'institut Pasteur, entre autres théories. "À l'appui de ses affirmations, il renvoie vers un brevet déposé en 2004. C'est faux, il concerne un autre type de coronavirus. De surcroît, déposer un brevet relatif à un virus ne signifie pas qu'il a été créé", a vérifié l'AFP.

Des réflexes complotistes ?

Dans une vidéo postée sur son compte YouTube, Gilbert Collard suggère que l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn et l'ancien PDG de l'Inserm Yves Lévy sont les instigateurs d’une véritable conspiration contre la santé publique qui aurait consisté à écarter sciemment un traitement efficace et peu coûteux contre le Covid-19. Selon le site Conspiracy Watch, il s'agirait de sa vidéo la plus vue depuis la création de son compte il y a huit ans.

"Quel intérêt a l’extrême droite de flatter les réflexes complotistes ?", demande Libération à Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch. "Parce que c’est sa fonction. L’extrême droite l’assume, cela consiste à raconter une histoire, comme le font les autres camps politiques. Sauf que ces histoires prennent plus ou moins de libertés avec les faits, jusqu’à les violer", répond-il.

Le directeur du pôle opinion à l’Ifop, aussi interrogé par le quotidien, ajoute que "si ces responsables politiques n’adhèrent pas totalement à cette idée, elle peut en tout cas être utilisée pour essayer de délégitimer le pouvoir en place, qui est le principal adversaire du Rassemblement national. S’ils le font, c’est aussi parce qu’ils baignent dans une vision du monde pleine de méfiance (...) De manière générale, il y a une vieille défiance de l’extrême droite, notamment, en matière de santé publique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Marine Le Pen Rassemblement National
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants