1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : l'immunité à 90% possible "pour le début de l'automne", selon Alain Fischer
2 min de lecture

Coronavirus : l'immunité à 90% possible "pour le début de l'automne", selon Alain Fischer

INVITÉ RTL - "Il faut finir de convaincre ceux qui pour l'instant ne se sont pas fait vacciner, d'aller à la vaccination", plaide Alain Fischer, professeur d'immunologie et président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale.

Alain Fischer président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale
Alain Fischer président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP / POOL
Alain Fischer était l'invité de RTL du 2 août 2021
11:29
Alain Fischer était l'invité de RTL du 2 août 2021
11:28
- édité par Marie Gingault

Actuellement, 52% de la population française est entièrement vaccinée. Si la vaccination progresse bien, on reste encore loin de l'immunité de groupe. "Il faudrait que 90% des plus de 12 ans soient vaccinés ou soient protégés parce qu'ils ont été infectés donc il y a encore un effort à faire", a déclaré Alain Fischer, professeur d'immunologie et président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale.

"Nous faisons face à un variant du virus, le fameux variant Delta, qui est très contagieux et qui impose une mesure énergique de vaccination pour arriver à cette immunité de groupe", a souligné le spécialiste sur RTL. Au rythme actuel, "c'est une possibilité" d'atteindre les 90% "d'ici le début de l'automne". Toutefois, pour pouvoir espérer atteindre ce cap, "il faut être réaliste", martèle Alain Fischer. "Les doses de vaccin sont là, les vaccinateurs sont là aussi, il faut finir de convaincre ceux qui pour l'instant ne se sont pas fait vacciner, d'aller à la vaccination".

"L'objectif de vaccination mondiale est essentiel pour éviter que ne revienne à un moment ou un autre un variant comme on l'a observé jusqu'à l'automne dernier", souligne Alain Fischer, qui rappelle que "le variant Delta est apparu à l'automne dernier, avant la vaccination, ce n'est pas lié au vaccin comme certains le disent. Plus le virus circule plus il y a le risque d'émergence de variant". 

Pour ce qui concerne la France, "si nous arrivions à cette immunité de groupe, nous aurions un bon contrôle et nous éviterions ce que nous observons malheureusement en ce moment, c'est-à-dire une reprise des hospitalisations, des séjours en soin intensif, des décès, qui ont commencé à réaugmenter", plaide le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/