2 min de lecture Maladie

Coronavirus : l'état d'urgence sanitaire oblige-t-il à se faire vacciner ?

FACT CHECKING - Un article relayé sur les réseaux sociaux affirme que l'état d'urgence sanitaire peut être utilisé pour contraindre la population à se faire vacciner. Il s'agit en réalité d'une mesure au Canada, et pas en France.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : l'état d'urgence sanitaire oblige-t-il à se faire vacciner ? Crédit Image : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Victor Goury-Laffont

Le 17 novembre, cela fera un mois que la France vit à nouveau sous un état d’urgence sanitaire. Le rebond de l’épidémie a obligé le gouvernement à resserrer la vis comme au printemps, en prenant un décret le 14 octobre, applicable trois jours plus tard.

L'état d’urgence sanitaire a permis les couvre-feux et le reconfinement. Un régime d’exception, assez anxiogène et propice aux fantasmes. C'est ainsi que circule cette publication sur Facebook, affirmant que, grâce à l’état d’urgence, le gouvernement va pouvoir mettre en place une vaccination obligatoire

Comme preuve, l’article d’un journal. Répondant à un lecteur qui se demande si le "gouvernement peut l’obliger à recevoir un vaccin", le texte répond ainsi : "oui, s'il déclare l'état d'urgence sanitaire. Si vous refusez, un juge peut vous obliger et s'il a des raisons de croire que vous n'obéirez pas, il peut même ordonner que vous soyez conduit à un endroit précis pour y être vacciné". 

Les commentaires crient à la dictature, mais comme l’expliquent de nombreux médias internationaux mais également 20 Minutes en France, ce texte ne concerne pas la France mais le Canada. Il a été publié en mars dans le Journal de Montréal. Et non, en France, l’état d’urgence sanitaire ne permet pas la vaccination obligatoire.

Les bâtiments religieux sont en réalité ouverts

À lire aussi
société
Coronavirus : 38% des Français ont réduit le sport pendant le confinement

Une autre intox particulièrement récurrente a été amplifiée ce week-end avec les manifestations de catholiques devant les églises pour demander le retour des messes : l'état d'urgence sanitaire obligerait la fermeture des bâtiments religieux. 

Nombreux sont ceux à réclamer la réouverture, mais ils ne sont en réalité pas fermés. L’état d’urgence sanitaire limite la liberté de rassemblement, mais ne ferme pas les églises, les mosquées et les synagogues. 

C’était le cas en mars dernier, mais cette fois-ci, les bâtiments religieux restent ouverts pour la prière individuelle mais pas collective. Précisons également que, contrairement à ce qu’affirment certains, ni les mosquées ni les synagogues n’organisent des rassemblements alors qu’on l’interdit aux catholiques. 

Des intox relayées sans fondement puisque, comme l’explique Libération en reprenant un communiqué de la Grande Mosquée de Paris, "les mosquées pourront rester ouvertes, si elles le souhaitent, mais les cinq prières quotidiennes et la prière collective ne pourront être assurées et être guidées par les imams, et ce jusqu’au 1er décembre 2020", date normalement prévue pour la fin du confinement.  

De son côté le consistoire d’Île-de-France a décidé de fermer les synagogues en l’absence de prière de groupe.

Attention aux intox les plus absurdes

La situation que nous vivons est si particulière que les intox les plus surréalistes peuvent survenir. Donc malgré ce que certains affirment, non, l’état d’urgence sanitaire ne permet d’incarcérer sans condamnation. 

Il n’existe pas non plus de dérogation totale à l’état d’urgence sanitaire grâce à une feuille que l’on peut télécharger sur internet. Prudence avec les rumeurs, ajouter de la confusion à la confusion n’a jamais vraiment apporté de la clarté.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maladie Épidémie Complot
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants