1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Mois sans tabac : prix, traitements pour arrêter, santé... Quel bilan ?
2 min de lecture

Mois sans tabac : prix, traitements pour arrêter, santé... Quel bilan ?

Depuis plusieurs années, les gouvernements successifs font de la lutte contre le tabagisme un cheval de bataille. Le mois de novembre sans tabac en est un outil majeur.

Une femme fume une cigarette (illustration)
Une femme fume une cigarette (illustration)
Crédit : LODI FRANCK/SIPA
Mois sans tabac : prix, traitements pour arrêter, santé... Quel bilan ?
02:31
Virginie Garin

Depuis 5 ans, novembre est un mois sans tabac. Le ministère de la Santé veut inciter un maximum de fumeurs à s'arrêter car la France est l'un des pays européens où l'on fume le plus. Il y a aujourd'hui environ 13 millions de fumeurs en France. Près d'un tiers des Français entre 18 ans et 75 ans fument.

34% des hommes fument contre 26% des femmes, et la consommation moyenne est de 12 cigarettes par jour. Plus en détail, on observe de grosses inégalités, les chômeurs fument ainsi presque deux fois plus que les personnes qui ont un emploi. Et enfin, dernier chiffre, le tabac tue 75.000 personnes en France par an.   

En 2014 le premier plan national contre le tabac a été lancé. Il comportait une hausse des prix, la mise en place du paquet neutre, et le remboursement des patches pour arrêter. Des mesures qui ont eu des effets au-delà des prévisions. 

Le nombre de fumeurs a baissé de 16% en 5 ans, et l'outil principal de cette tendance a été le prix. Il y a 15 jours encore, Il y a eu une hausse, et la plupart des paquets dépassent aujourd'hui 10 euros. Au final, le prix a doublé en 15 ans. Ensuite, avec le remboursement des patches, substituts au tabac, à hauteur de 65% comme un médicament, les fumeurs  peuvent aussi s'aider avec la cigarette électronique.

Retrouver du goût et de l'espérance de vie

À lire aussi

Pour le futur, le plan de lutte contre le tabagisme a un objectif très clair : une génération sans tabac en 2032. Et parmi l'arsenal d'outils déployés on retrouve le mois sans tabac, qui cette année tombe en plein confinement avec le risque d'avoir un impact sur la consommation des fumeurs. 

Lors du premier confinement en tout cas, un quart des fumeurs ont fumé plus. Le stress, l'ennui, leur donnaient plus envie. Mais selon une enquête de Santé publique France 20% des fumeurs quand même en ont profité pour réduire le tabac.

Pour aider les personnes souhaitant arrêter de fumer, il  y a un numéro gratuit, le 39 89, ou le site internet de Tabac info service. On peut bénéficier de l'aide de tabacologues, ainsi que d'un suivi. Sur les 200.000 qui y ont participé il y a un an, entre 6 et 10% n'ont pas retouché une cigarette depuis. Dimanche 15 novembre, 118.000 personnes étaient inscrites pour cette année, et il reste encore 15 jours pour en profiter. 

Au bout, on peut retrouver le goût, le souffle, des dents moins jaunes, une espérance de vie plus longue et même une sexualité plus sereine, disent les spécialistes. Autre bonne raison : si vous fumez un paquet par jour, vous économiserez 309 euros par mois. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/