2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : "Il n'y a plus de territoires épargnés", "un problème" selon Lamine Gharbi

INVITÉ RTL - Le président de la Fédération de l'hospitalisation privée s'inquiète de la progression de l'épidémie. Les services de réanimation ne sont pas saturés, mais les établissements ont déjà pris des mesures pour gérer le flux de patients.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Coronavirus : "Il n'y a plus de territoires épargnés", "un problème" selon Lamine Gharbi Crédit Image : JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Florine Boukhelifa

Durant la première vague de l'épidémie de coronavirus, plusieurs secteurs se sont plaints de ne pas avoir été suffisamment sollicités. Parmi eux, les hôpitaux et cliniques privées. Ils dénonçaient un manque de collaboration avec le secteur public.


Désormais, les établissements privés ont trouvé leur place au sein de la lutte contre le virus. Ils prennent en charge "25 à 30% des patients atteints de la Covid-19 sur l'ensemble de territoire", explique Lamine Gharbi. Pour le président de la Fédération de l'hospitalisation privée, "la complémentarité fonctionne bien" même si "des difficultés de fonctionnement entre les deux secteurs subsistent encore." En tout cas "le privé est présent", assure-t-il.

L'envoi de patients dans un hôpital public ou privé est principalement géré par le Samu.  Aucune règle n'est établie, il peut donc y avoir des mutations entre les différents secteurs. Lamine Gharbi précise qu'il est nécessaire de "s'adapter au cas par cas, car tous les cas de figure sont possibles."

Aucun frais à avancer pour les patients Covid

Le remboursement entre l'hôpital public et privé est le même. Aucun frais à avancer : "tout est pris en charge par l'assurance maladie et la sécurité sociale, rappelle le président de la Fédération de l'hospitalisation privée, la prise en charge des patients Covid est totalement garantie par la solidarité nationale."

À lire aussi
Un jeune homme se pliant au test Covid, à Rennes, le 7 septembre 2020. Coronavirus France
Coronavirus : PCR, antigéniques, salivaires... Ce qui va changer pour les tests

Certaines zones sont aujourd'hui en tension, particulièrement dans les métropoles en alerte écarlate, mais l'épidémie se diffuse sur un grand nombre de territoires. "Aucun n'est véritablement épargné par la deuxième vague", remarque Lamine Gharbi. "Cette situation va poser problème parce qu'on ne pourra pas faire appel au renfort de personnels venant de territoires moins touchés" comme lors de la première vague.

Les établissements privés ont eux aussi commencé à "moduler" leurs activités. Entre 25 et 40% des interventions chirurgicales ont été reportées pour pouvoir mobiliser du personnel "et surtout faire de la place dans les services de réanimation." Mais l'inquiétude du président de la Fédération de l'hospitalisation privée réside aussi sur les soins pour les autres patients, qui ne sont pas atteints du coronavirus : "on est à 50, 60, voire 70% de patients Covid, il ne reste plus de places alors que notre souci est aussi de prendre en charge toutes les personnes qui ont besoin de soins qu'on ne peut pas reporter. C'est de pouvoir continuer à traiter tous les patients."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Hospitalisation
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants