2 min de lecture Hôpitaux

Coronavirus : comment un hôpital privé s'organise pour accueillir les patients

REPORTAGE - À Tremblay-en-France, près de Paris, l’hôpital privé du Vert Galant est mobilisé pour accueillir les cas de plus en plus nombreux de coronavirus.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus : comment un hôpital privé s'organise pour accueillir les patients Crédit Image : Anne CHAON / AFP | Crédit Média : Nicolas Burnens | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens édité par Jérémy Billault

Face à l'épidémie de coronavirus et au pic attendu dans les prochains jours, les hôpitaux privés sont à leur tour mis à contribution. À côté de Paris, à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), l’hôpital privé du Vert Galant accueille des patients atteints du covid-19, en particulier ceux venant des hôpitaux publics parisiens déjà saturés. 

Pour faire face à cette épidémie, l’établissement s’est complètement réorganisé :  l’entrée des urgences a été avancée jusque sur le trottoir. Sous une tente blanche, Bénédicte, interne en médecine, est en première ligne. La jeune femme, âgée de 23 ans, porte des lunettes de protection, un masque et des gants  et se charge de faire le tri des patients. "S’ils présentent les symptômes du virus, je leur donne du gel et un masque", explique-t-elle.

Les patients suivent un marquage au sol : bleu pour les urgences classiques, rouge pour les suspicions de coronavirus. Celui-ci mène au rez-de-chaussée de l’hôpital, dans l’ancien service des consultations, tout a été débarrassé, les bureaux vidés, pour créer un second service des urgence.

"On a dû créer une salle de déchocage dans un bureau, explique Sandrine Legrale, infirmière. On a demandé du matériel supplémentaire à la pharmacie. Il y a une appréhension, nous sommes les premiers soignants face à l’arrivée de ces patients."

2 infirmières pour 4 patients avec une surveillance 24/24

À lire aussi
Eau de Javel (illustration) épidémie
Coronavirus et confinement : 4 conseils pour éviter les accidents domestiques

Pour la seule journée de dimanche 22 mars, les urgences ont pris en charge sept cas graves de malades souffrant du covid-19. Pour faire face à cette vague, toutes les opérations non urgentes ont été déprogrammées, le second étage de l’hôpital est désormais totalement dédié aux patients souffrants du covid-19, les lits de chirurgie vasculaire ou de cardiologie ont été transformés en unité spécialisée. 

Sur les vingt places disponibles, quatorze sont déjà occupées. À l’intérieur, l’air est filtré, la pression négative, pour éviter toute dissémination du virus. Les patients ont en grande majorité plus de 65 ans, les plus gravement touchés sont couchés sur le ventre, plongés dans un coma artificiel sous assistance respiratoire. La prise en charge est lourde : deux infirmières pour quatre patients avec une surveillance 24 heures sur 24.

Pour aider et conseiller les équipes médicales, dans leur prise de décision, l’hôpital, qui fait partie d’un groupe de cliniques privées, a mis en place une cellule de crise, avec des médecins référents. 

Les chirurgiens s'occupent des urgences

Et face à cette épidémie, les 350 salariés de l’hôpital, médecins, infirmières, paramédicaux, aides-soignantes sont totalement mobilisés et semblent sereins, calmes, focalisés sur leur mission. Mais ils ont dû rapidement s’adapter : les infirmières venues en renfort de la salle de réveil ou du bloc opératoire ont été formées en quelques jours aux soins de réanimation. 

Même les professeurs de l’hôpital, spécialisés, redécouvrent la médecine générale. "Même si ma spécialité c’est l’urologie, je vais pouvoir m’occuper des entorses de cheville qui vont venir aux urgences", explique Patrice Hoffmann, chirurgien. Cela va permettre à l’urgentiste qui lui est compétent en matière de pneumonie de s’occuper des malades atteints du virus.

Lire la suite
Hôpitaux Coronavirus Seine-Saint-Denis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants