1 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus en Île-de-France : "Le virus n'est pas sous contrôle", concède Martin Hirsch

INVITÉ RTL - Il y a actuellement "autant de malades en réanimation qu'il y en avait au pic de la deuxième vague", déplore Martin Hirsch. Le directeur général de l'AP-HP assure que "chaque jour on fait plus de place" en réanimation.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Coronavirus en Île-de-France : "Le virus n'est pas sous contrôle", concède Martin Hirsch Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Marie Gingault

Ce jeudi matin se tient le Conseil de défense, dans lequel Emmanuel Macron doit trancher concernant la situation en Île-de-France. "Le moment est venu pour prendre des dispositions en région parisienne", avait pour sa part déclaré le Premier ministre Jean Castex, mardi 16 mars. 

Pour le directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, le moment est venu "parce que effectivement le virus n'est pas sous contrôle, parce que le taux d'incidence est supérieur à 400, parce qu'il y a autant de malades en réanimation aujourd'hui qu'il y en avait au pic de la deuxième vague, quand ça commençait à redescendre", alerte-t-il. 

"Le moment est venu parce que ça ne commence pas du tout à descendre, on est plutôt dans une phase d'accélération, et le moment est venu pour permettre à l'ensemble des franciliens d'avoir accès aux soins et de se soigner", a poursuivi le directeur général de l'AP-HP avant d'ajouter "chaque jour on fait plus de place" en réanimation. 

"En période de calme, on a besoin en général de 1.000 places en réanimation pour toutes les maladies, là pour une seule maladie, il y a plus de patients que l'ensemble des places habituelles", souligne-t-il. "Si je me projette dans quinze jours (...), on aura entre 1.700 et 2.100 patients à la fin du mois, et si je mets une semaine de plus, au 6 avril, là on passe entre 2.000 et 2.800 patients en réanimation, c'est exactement la chose qu'on a eue du mal à prendre en charge il y a un an, début avril de l'année dernière", rappelle Martin Hirsch. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Épidémie Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants