1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Injures racistes lors de Dijon-Amiens : la LFP va se constituer partie civile
2 min de lecture

Injures racistes lors de Dijon-Amiens : la LFP va se constituer partie civile

INVITÉE RTL - L'auteur présumé des injures racistes au cours du match Dijon-Amiens, qui avait été interrompu, a été placé sous le statut de témoin assisté dimanche 14 avril. La Ligue de football professionnel va se constituer partie civile dans ce dossier.

Nathalie Boy De La Tour
Nathalie Boy De La Tour
Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Insultes racistes : la Ligue de football professionnel va se constituer partie civile
09:13
Insultes racistes : la Ligue de football professionnel va se constituer partie civile
09:14
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Cassandre Jeannin

Vendredi 12 avril, le match entre Dijon et Amiens a été interrompu de longues minutes. Le défenseur et capitaine d'Amiens, Prince Gouano, a été visé par des insultes racistes venant des tribunes. Dimanche 14 avril au soir, l'auteur présumé de ces cris de singes a été placé sous le statut de témoin assisté, échappant donc à une mise en examen. 

Nathalie Boy de la Tour, présidente de la Ligue de football professionnel (LFP), explique au micro de RTL, qu'"au niveau de la justice", "un plan disciplinaire" est prévu. "La Commission discipline de la LFP se réunit mercredi prochain" annonce-t-elle. Elle rappelle que cette mesure concerne le club d'Amiens puisque "la LFP ne peut pas sanctionner individuellement un supporter". Sur le plan judiciaire, "la LFP se constituera partie civile avec la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA)", annonce-t-elle.

Selon Nathalie Boy de la Tour, Prince Gouano "a fait preuve de beaucoup de sang froid. Il a eu la bonne réaction", déclare-t-elle. "L'ensemble des officiels ont pris la bonne décision", selon la présidente. Elle confie également que "le racisme n'a pas sa place dans les stades". 

Le travail de prévention mis en avant

Prince Gouano n'a pas souhaité porté plainte. "C'est sa décision, ça lui appartient", considère la présidente de la LFP. "Je crois beaucoup aux actions de prévention, c'est un travail de long terme que nous menons pour former les jeunes à la lutte contre toute forme de discrimination", explique Nathalie Boy de la Tour. "Quand je vois la réaction de Prince Gouano, je pense que ce travail paie", ajoute-t-elle.

Que fait la LFP en ce qui concerne l'homophobie ?

À lire aussi

Certains reprochent à la LFP ne pas se préoccuper de l'homophobie. Nathalie Boy de la Tour avait même comparé l"homophobie avec "un folklore de stade". "Mes propos ont été mal interprétés", affirme-t-elle. "Les chants et les insultes homophobes sont inacceptables dans nos stades. Nous devons tout faire pour les éradiquer", répond la présidente. "La ligue combat l'homophobie comme elle combat le racisme", complète-t-elle.

Une vidéo apporte des éléments concrets sur un cas d'homophobie lors du match Lens-Valenciennes qui s'est déroulé vendredi 12 avril. La commission de discipline de la LFP "va se saisir du dossier", déclare Nathalie Boy de la Tour.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/