3 min de lecture Équipe de France de football

Équipe de France : ce qu'il faut retenir des trois matches d'octobre

ÉCLAIRAGE - Mise en place d'un 4-4-2 losange, large revue d'effectif, série d'invincibilité étirée à 12 rencontres, Giroud qui dépasse Platini... La séquence d'octobre sera riche d'enseignements pour Deschamps et les Bleus.

Antoine Griezmann et Kylian Mbappé le 14 octobre 2020 à Zagreb
Antoine Griezmann et Kylian Mbappé le 14 octobre 2020 à Zagreb Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et AFP

Trois de plus qui font 12 matches sans défaite. En battant l'Ukraine (7-1) et la Croatie chez elle (1-2), deux rencontres entrecoupées d'un nul sans marquer mais en se montrant solide face au Portugal (0-0) de Cristiano Ronaldo, l'équipe de France sort globalement renforcée de son premier triptyque automnal avant celui de novembre (face à la Finlande, au Portugal et contre la Suède).

Depuis leur titre Mondial en juillet 2018, les hommes de Didier Deschamps ont joué 22 matches. Bilan : 16 succès, quatre nuls et deux défaites, aux Pays-Bas (2-0) en novembre 2018 et en Turquie en juin 2019 (2-0). Un constat qui réjouit le sélectionneur. "Il ne faut pas croire que parce qu'on est champions du monde, on gagne les matches en claquant des doigts", a souligné Deschamps, insistant sur "le caractère et l'état d'esprit" de son groupe.

À Zagreb, mercredi 14 octobre, les Bleus ont "su souffrir" sans perdre la tête du groupe 3 de la Ligue des Nations (à égalité avec les Portugais) grâce à leur "mentalité de gagnant", selon les mots de leur patron. Deschamps peut ainsi aller au bout de ses idées, entre innovation tactique et gestion pragmatique de la concurrence à huit mois de l'Euro.

Après la défense à trois, le 4-4-2 losange

Il avait promis de "faire des choses différemment" en septembre et octobre, que ce soit dans le système de jeu ou le choix des hommes. Le Basque n'a pas dévié de sa conviction, lui qui tente donc de renouveler ses habitudes. Le système tactique (4-2-3-1) a "bien fonctionné" au Mondial 2018 et il "peut continuer" à faire des merveilles, mais "je veux pouvoir élargir notre palette", a-t-il répété mardi 13 octobre.

À lire aussi
Lionel Charbonnier au Caire le 27 septembre 2009 décès
Décès de Bruno Martini : "Je suis fier de ce qu'il m'a fait devenir", confie Lionel Charbonnier

En septembre, il avait testé sur deux matches un système à trois défenseurs centraux déjà entre-aperçu en Albanie fin 2019. En octobre, il a instauré un 4-4-2 avec un milieu en losange destiné à faire briller son attaque autour d'Antoine Griezmann. Ce n'est pas encore un succès incontestable. Face au bloc portugais, l'animation offensive a été balbutiante. Mais la victoire en Croatie, avec un but qui va faire du bien au joueur du Barça, est plutôt source d'espoir.

Le groupe prend forme

Depuis la rentrée, le sélectionneur a aussi dû jongler avec les disparités physiques des joueurs, les absences liées à la Covid-19 et l'intégration des nouveaux, comme Dayot Upamecano et Eduardo Camavinga en septembre, Houssem Aouar en octobre. Malgré la rotation, les résultats ont suivi. Faire tourner sans sacrifier les ambitions : "j'ai peut-être ce luxe-là sans que pour autant le niveau collectif baisse", analyse froidement "DD".

En Croatie, les seconds couteaux ont tenu le choc : Ferland Mendy, à l'opposé de son côté gauche habituel, a été à l'origine du but de Griezmann ; Anthony Martial aurait dû obtenir un penalty et Adrien Rabiot "a confirmé tout ce qu'il fait de bien", selon le sélectionneur. Autre satisfaction du rassemblement : Olivier Giroud a encore marqué en Bleu. Son doublé face à l'Ukraine lui permet désormais de chasser avec envie le record de Thierry Henry.

On joue contre une équipe qui vaut un milliard d'euros et qui punit chaque erreur

Le sélectionneur croate Zlatko Dalic
Partager la citation

Deschamps a aussi retrouvé un Paul Pogba remplaçant mais décisif sur le second but en Croatie, sur lequel Lucas Digne a offert une délicieuse passe décisive à Kylian Mbappé. Et le capitaine des champions du monde 1998 a continué à faire d'Antoine Griezmann, très effacé contre le Portugal, la pierre angulaire de son système. 

"Je profite de cette situation, de cette place, de la confiance du coach et des coéquipiers", a savouré l'attaquant de 29 ans aux 33 buts en Bleu, tout sourire après son imparable frappe du gauche face aux Croates. "On joue contre une équipe qui vaut un milliard d'euros et qui punit chaque erreur", a pour sa part jugé le sélectionneur croate Zlatko Dalic, encore proche de faire chuter les Bleus, sans jamais y parvenir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Équipe de France de football Ligue des Nations
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants