1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Équipe de France : Benzema, 14 ans d'une histoire contrariée avec les Bleus
4 min de lecture

Équipe de France : Benzema, 14 ans d'une histoire contrariée avec les Bleus

ÉCLAIRAGE - Près de 14 ans après sa première sélection et plus de cinq ans après sa 81e et dernière, l'attaquant de 33 ans a été rappelé par Deschamps pour l'Euro. Sera-t-il enfin décisif dans un match à élimination directe ?

Karim Benzema avec les Bleus à Porto Alegre face au Honduras le 15 juin 2021
Karim Benzema avec les Bleus à Porto Alegre face au Honduras le 15 juin 2021
Crédit : JUAN BARRETO / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune

Le coup de tonnerre a donc bien eu lieu. Encore totalement inenvisageable il y a quelques jours, quelques heures, en dépit de ses prestations avec le Real Madrid, le retour de Karim Benzema en équipe de France est officiel depuis mardi 18 mai au alentours de 20h20. Le nom de l'avant-centre de 33 ans est alors sorti de la bouche de Didier Deschamps, en tête des attaquants retenus au titre de l'ordre alphabétique.

Entre "KB9" et les Bleus, l'histoire débute le 28 mars 2007, au Stade de France, lors d'un match amical face à l'Autriche. Huit mois après la finale du Mondial perdue face à l'Italie, Raymond Domenech injecte du sang neuf. Benzema, 19 ans, de plus en plus en vue avec l'OL, remplace Djibril Cissé à la mi-temps. Neuf minutes plus tard, il signe le seul but de la rencontre sur un service de Samir Nasri, 19 ans également.

En fin d'année 2007, le natif de Bron compte 8 sélections et trois buts avec un doublé face aux Féroé en éliminatoires de l'Euro 2008. Retenu pour la compétition austro-suisse, le droitier de 1,85 m est titulaire lors des premier et troisième match de poule face à la Roumanie (0-0) et l'Italie (0-2) mais ne marque pas. Il assiste du banc au revers face aux Pays-Bas (1-4). Les Bleus sortent dès le premier tour.

Il n'était pas à Knysna en 2010

Benzema entame les qualifications vers le Mondial 2010 comme titulaire mais perd peu à peu la confiance de Domenech, qui choisit finalement de ne pas le retenir pour la Coupe du monde en Afrique du Sud, lui préférant Nicolas Anelka ou André-Pierre Gignac. Celui qui évolue au Real Madrid depuis l'été 2009 échappe ainsi au fiasco de Knysna.

À lire aussi

Il réapparaît sous le maillot frappé du coq dès le 11 août pour la première de Laurent Blanc, en amical contre la Norvège (défaite 2-1), et redevient incontournable lors des éliminatoires de l'Euro 2012, puis lors du tournoi en Ukraine, que les Bleus terminent par deux défaites, contre la Suède (2-0) puis l'Espagne en quart (2-0). Mais comme en 2008, Benzema ne marque toujours pas lors d'une grande compétition.

1.222 minutes sans marquer

S'ouvre alors l'ère Didier Deschamps, qui s'appuie lui aussi sur le numéro 9 du Real Madrid... malgré une période de disette qui va entrer dans l'histoire : 1.222 minutes sans marquer, entre sa 45e et sa 61e sélection, des succès sur l'Estonie (4-0) et l'Australie (6-0), le 11 octobre 2013. Une éternité pour un attaquant, qui plus est international. Une épreuve que Benzema parviendra aussi à surmonter.

cap sur le Mondial 2014 au Brésil. "Benz" signe un doublé en phase de poules face au Honduras (3-0), lançant idéalement les Bleus, qui enchaînent face à la Suisse (5-2) avec le 24e but en bleu de "KB9". Ce sera le dernier du tournoi, les Bleus s'inclinant en quart face à l'Allemagne (1-0) après un 0-0 face à l'Equateur et un succès 2-0 en 8es sur le Nigeria. Surtout, personne ne se doute que Benzema n'en marquera plus que trois lors de ses 13 sélections suivantes et que l'histoire sera brutalement interrompue en octobre 2015.

"Sextape" puis embrouille autour du mot racisme

Cinq jours après un succès en amical sur l'Arménie à Nice (4-0, doublé de Benzema) éclate l'affaire dite de chantage à la "sextape". D'un côté Karim Benzema, de l'autre Mathieu Valbuena. Didier Deschamps et Noël Le Graët décident de ne pas convoquer les deux hommes lors du rassemblement suivant des Bleus, puis jusqu'à nouvel ordre. Ils ne joueront pas l'Euro 2016 en France.

Le point de non retour semble définitivement atteint, lorsque Benzema, commentant des propos de Eric Cantona, estime dans la presse espagnole que le sélectionneur "a cédé à une partie raciste de la France". "La ligne rouge a été franchie", déclarera à maintes reprises Deschamps, qui ne digère pas le tag "raciste" sur sa maison quelques jours après les déclarations de son attaquant. En janvier dernier encore, "DD" assure sur RTL qu'il "n'oubliera jamais".

Mais imaginer Benzema banni de l'équipe de France tant qu'il n'y aurait pas de nouvel homme sur le banc, c'était oublier d'autres propos du capitaine des champions du monde 1998, notamment le 1er mars 2017 : "Si j'estime que c'est bien pour la sélection de rappeler Karim, je le ferai". 

Je n'ai pas de rancœur envers lui

Didier Deschamps en mars 2017

"Je fais seulement des choix sportifs en me demandant s'ils vont dans l'intérêt de l'équipe de France, développait-il alors dans un entretien accordé au Parisien (...) Il s'est passé ce qu'il s'est passé, mais je n'ai pas de rancœur envers lui. D'autres joueurs ont pu faire des déclarations déplacées à mon encontre et ça ne m'a pas empêché de les reprendre. Une sélection, ce n'est pas 'lui, je l'aime, lui, je ne l'aime pas'. Il demeure l'un des meilleurs attaquants français".

Cette saison, même les plus farouches détracteurs de Benzema reconnaissent que le joueur de 33 ans force le respect. Meilleur buteur français de l'histoire de la Ligue des champions, Indéboulonnable au Real depuis 12 saisons, auteur de 278 buts sous le maillot merengue, de trois dernières saisons à plus de 20 buts en Liga, en pleine lumière depuis le départ de Cristiano Ronaldo à la Juve, l'attaquant de 1987 se bonifie avec l'âge. Même Deschamps s'est rendu à l'évidence.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/