1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Vendée Globe : Thomson reprend la tête au terme d'une première semaine surprenante
2 min de lecture

Vendée Globe : Thomson reprend la tête au terme d'une première semaine surprenante

COMPTE-RENDU - C’est le Gallois Alex Thomson qui était en tête de la flotte après une semaine chargée en émotion et en surprise, dimanche 15 novembre.

Alex Thomson sur "Hugo Bos"
Alex Thomson sur "Hugo Bos"
Crédit : ATRacing
Frédéric Veille - édité par Gregory Fortune

Elle s’appelle Thêta, c’est une dépression tropicale et c’est elle qui a en partie animé cette première semaine du Vendée Globe 2020-2021. Et contrairement à ce qui avait été annoncé, les bateaux sans foil ont été les grands animateurs du début de course.

Cela a commencé avec Maxime Sorel, skipper de "V and B - Mayenne", en tête de la flotte au large du Cap Finisterre avant quelques soucis techniques qui l’ont fait rétrograder. Mais cela s’est surtout poursuivi avec l’inusable Jean Le Cam, 61 ans, sur "Yes we Cam !", un bateau âgé de 12 ans, mais un bateau qui a gagné le Vendée Globe en 2008-2009 avec Michel Desjoyeaux.

Durant près de trois jours, le "Roi Jean" a pris la tête du classement, forçant l’admiration des observateurs mais aussi et surtout des autres concurrents, à commencer par Alex Thomson, l’un des grands favoris. "Jean est incroyable. Être là où il est avec ce bateau et à son âge, c’est brillant", s’est enthousiasmé le skipper de "Hugo Boss".

Thomson va pouvoir lâcher les chevaux

"Sa trajectoire est très osée, a ajouté Maxime Sorel. Il fait le moins de manœuvres possibles et il change peu de voiles, et ça aussi c’est très osé". Pour Jacques Caraës, le directeur de course, Le Cam "démontre à quel point l’expérience des mers du Sud est précieuse : il a moins d’appréhension, il connaît plus ses limites et celles de son bateau".

À lire aussi

Dimanche 15 novembre, soit une semaine après le départ des Sables-d’Olonne, Jean Le Cam a toutefois cédé le fauteuil de leader à Alex Thomson qui, comme les autres skippers bénéficiant d’un bateau à foils de nouvelle génération, va désormais pouvoir lâcher les chevaux, Thêta étant désormais dans leur dos.

"Ça n’a pas été agréable avec toutes ces vagues de 6 m à 6,50 m, explique le Gallois. J’ai eu des rafales à 50, 60 nœuds. Désormais, cap au Sud pour faire un bon repas et essayer de rattraper le sommeil en retard. J’en ai vraiment besoin".

Beyou, décision lundi

Mais cette première semaine de course a surtout été marquée par l’énorme déception vécue par Jérémie Beyou, le skipper de "Charal", contraint de faire demi-tour après des avaries sur son monocoque. Le Breton est arrivé samedi 14 novembre aux Sables-d’Olonne. 

"Dans 24 heures, on aura un état des lieux de tout ce qui est cassé, de ce qui est réparable, a-t-il indiqué. Si on est capable de repartir, effectivement, on prendra le départ. C’est évidemment l’objectif. La décision sera prise lundi 16 novembre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/