1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Roland-Garros : "Les Français ont faim" mais "il y a du travail", assure l'ex-coach de Noah
1 min de lecture

Roland-Garros : "Les Français ont faim" mais "il y a du travail", assure l'ex-coach de Noah

INVITÉ RTL - "Bien sûr qu'il y a des problèmes" dans le tennis français après le fiasco de Roland-Garros, reconnaît Patrice Hagelauer. "Aujourd'hui, il faut bien analyser, mais chaque cas est particulier".

Richard Gasquet face à Rafael Nadal à Roland-Garros le 4 juin 2021
Richard Gasquet face à Rafael Nadal à Roland-Garros le 4 juin 2021
Crédit : Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Roland-Garros : Patrice Hagelauer est l'invité de Christelle Rebière du 4 juin
05:30
Gregory Fortune
Gregory Fortune

Ce n'était encore jamais arrivé depuis le début de l'ère Open en 1968 : après cinq jours à Roland-Garros et seulement deux tours, il n'y a plus aucun Français en lice. Pire qu'une hécatombe, c'est carrément une débâcle, symptomatique de la crise du tennis tricolore, entre génération finissante et relève qui tarde. 

Après les éliminations d'Enzo Couacaud puis de Gaël Monfils, la défaite de Richard Gasquet face à Rafael Nadal en soirée a sonné le glas des derniers espoirs bleu-blanc-rouge dans ces Internationaux de France 2021. Les femmes n'ont pas fait mieux, avec aucune qualifiée pour le 3e tour pour la quatrième fois depuis 1968 (1981, 1986, 2019). 

Alors, les Français et les Françaises ont-ils des faiblesses mentales ? Manquent-ils d'envie, n'ont-ils pas assez "faim" comme certains le pensent ? "Si, ils ont faim", répond Patrice Hagelauer, entraîneur de Yannick Noah lors de sa victoire en 1983, et ancien Directeur technique national du tennis français.

Il ne faut pas faire une globalité

Patrice Hagelauer

"Vous savez, c'est très difficile de faire des analyses comme ça quand on n'est pas proche des joueurs (...) Chaque cas est un cas particulier", souligne l'homme de 73 ans. "Quand vous jouez depuis 15 ans et qu'à Roland-Garros vous avez un monstre qui s'appelle Nadal, c'est difficile de gagner le tournoi, et ce n'est pas que les Français, explique-t-il aussi. C'est comme quand vous courrez le 100 m derrière Bolt".

À lire aussi

"Bien sûr qu'il y a des problèmes, conclut l'ancien joueur. Aujourd'hui, il faut bien analyser, mais chaque cas est particulier. Il ne faut pas faire une globalité. Moi, je suis aussi déçu que vous, extrêmement déçu (...) Il y a du travail, ça c'est vrai". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/