7 min de lecture Tendances

Le féminin sacré : cette tendance libère-t-elle vraiment les femmes ?

DÉCRYPTAGE - Le féminin sacré est un concept derrière lequel on prône le retour à la nature pour être reconnectée à son corps et son esprit. Une tendance qui veut émanciper les femmes... mais à quel prix ?

Le cycle de la lune est censé nous aider à nous reconnecter à notre corps et à nos énergies féminines
Le cycle de la lune est censé nous aider à nous reconnecter à notre corps et à nos énergies féminines Crédit : iStock / Getty Images Plus
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

Ils sont intitulés Féminin sacréLe pouvoir du féminin sacréGuérir son féminin sacré ou encore La puissance du féminin... Ces livres ont en commun la particularité d'avoir tous été publiés ces derniers mois et de s'intéresser au "féminin sacré", un concept qui se popularise de plus en plus, notamment via les réseaux sociaux comme Instagram où le hashtag en question rassemble 17.000 occurrences.

Pour comprendre cette notion, peut-être faut-il déjà d'abord expliquer ce que les auteurs et autrices de ces livres entendent par "féminin". "Nous sommes constitués d’une partie masculine et d’une partie féminine", écrit Camille Sfez dans son livre, La puissance du féminin (éditions Leduc.s).

Pour Stéphanie Lafranque, l'une des autrices du livre Gardiennes de la lune (éditions Solar), le féminin sacré (qu'elle appelle aussi "sauvage") c'est "d’abord un travail de reconnexion du corps et de l’esprit. C’est renouer le lien entre notre psyché et nos cellules", explique-t-elle à RTL Girls. "Nous revenons à une sagesse ancestrale, qui tissait des liens entre les saisons, les cycles lunaires, les cycles de la femme", détaille encore l'autrice de l'ouvrage, mis en images par l'illustratrice Vic-Oh.

Selon cette dernière, le féminin sacré relierait même "toutes les femmes sans différence d’origines, de religions, de traditions ou de formes".

À lire aussi
Le "coorie" serait-il le "nouveau Hygge" ? tendances
Coorie : qu'est-ce que cet art de vivre venu d'Écosse ?

Problème : certains de ces discours ont tendance à essentialiser les femmes en les réduisant à des organes génitaux ou facultés reproductives, créant ainsi de nouvelles injonctions. Sous couvert de vouloir les émanciper, ils les enferment parfois dans de nouveaux schémas à suivre et qui sont, parfois, impossible à mettre en place pour certaines d'entre elles. Au point de créer des frustrations. 

Un mouvement pour apprendre à valoriser son corps

Une fois que l'on a compris la théorie du féminin sacré, comment passer à la pratique ? Lise Côté, initiatrice en féminin sacré et éditrice du magazine en ligne Rose, explique à RTL Girls que, pour explorer son féminin sacré, il faut "honorer son corps, ses sensations et ses émotions" en libérant ce qu'elle appelle "sa puissance transformatrice, sa force instinctive, le feu sacré en son ventre-sexe".

Camille Sfez détaille dans son livre, décrit sur son site comme d'une "démarche féministe pour penser la liberté des femmes et leur empowerment", différentes façons d'explorer son féminin sacré. Elle propose par exemple de briser le tabou des règles, d'expérimenter la nudité auprès d'autres femmes, de reconsidérer son utérus ou encore de renouer avec sa nature cyclique, c'est-à-dire de prendre conscience que les corps des femmes traversent plusieurs cycles hormonaux, qui correspondraient aux cycles de la lune. 

L'autrice Miranda Gray en parle plus en détails dans son livre Lune rouge : Les forces du cycle féminin (Macro Editions) et conseille alors aux femmes de synchroniser leur quotidien avec le cycle de la lune et/ou de leurs menstruations. Par exemple, la période juste après la pleine lune, correspondrait à la période de pré-ovulation du cycle hormonal et serait idéale pour commencer un nouveau projet.

Le féminin sacré propose ainsi de revaloriser les règles et les corps des femmes à travers des rituels et le pouvoir de la parole dans des cercles où les adeptes peuvent, en théorie, échanger entre elles, sans jugement et avec bienveillance.

Un mouvement qui créée de nouvelles formes d'oppression

Sophie (ce prénom a été changé), prend la pilule en continue à cause de règles très douloureuses. Cette information, elle l’a déjà confiée à des personnes adeptes du féminin sacré. "Je me suis fait insulter par plusieurs d'entre elles à ce sujet. On m'a dit que si j'avais mal pendant, c’est parce que je n’acceptais pas ma nature profonde de femme", raconte-t-elle à RTL Girls. "C'est peut-être vrai mais en attendant, je souffre et la seule solution que j’ai trouvée et qui me convient parfaitement est une solution médicamenteuse", ajoute-t-elle, confiant être également inquiétée, par le manque d'inclusivité des discours autour du féminin sacré.

Charlie (ce prénom a été changé) se définit comme non-binaire. C'est-à-dire que sur le spectre du genre, Charlie ne se considère ni homme, ni femme. "En tant que personne non-binaire, je suis souvent ramenée à un statut de femme parce que le spectre du genre est assez méconnu et que l’on vit dans un monde très binaire". Charlie estime que le féminin sacré "essentialise" les femmes et peut même former "un outil d'oppression" car il est une "façon de dire que si l'on n'est pas dans ses codes, on est forcément perdu, qu'on va mal ou qu'on a besoin d'être rééquilibré".

Si tu n'arrives pas à suivre ces préceptes, tu ne peux pas être heureuse, c'est une vision dangereuse

Charlie
Partager la citation

Pour Charlie, les discours autour du féminin sacré relèvent alors d'injonctions au bonheur et sont donc problématiques. "Si tu n'arrives pas à suivre ces préceptes, tu ne peux pas être heureuse, c'est une vision dangereuse, d'autant plus qu'elle parle de 'la' femme et non pas 'des' femmes et de toutes les manières qui existent d'être des femmes".

Car même si dans les livres que nous avons consultés, les autrices des ouvrages assurent que le féminin sacré peut être exploré par tout le monde, hommes comme femmes, les conseils et discours énoncés portent globalement toujours sur le corps des femmes, leurs règles et leur utérus, laissant ainsi peu de place aux hommes mais aussi aux personnes trans, intersexes et non-binaires pour se projeter et s'approprier le concept... largement plus documenté que son pendant masculin (sacré).

La nature pour se reconnecter à son esprit
La nature pour se reconnecter à son esprit Crédit : iStock / Getty Images Plus

Charlie explique en effet que les personnes trans et/ou non-binaire connaissent une "dysphorie", c'est-à-dire qu'il y a "un décalage entre toutes ces choses auxquelles on nous assignent alors que nous ne sommes pas des femmes ou des hommes".

Tout cela est "très difficile à vivre", selon Charlie, et le féminin sacré est "une chose en plus qu’on nous rajoute. Parce que qu’on a pas forcément envie d’être connectée à notre puissance féminine ou à notre utérus", détaille Charlie qui, par ailleurs, ne croit pas au fait d'attribuer des genres aux "forces" comme le fait pourtant le féminin sacré.

En finir avec l’opposition entre les femmes et les hommes

Stéphanie Lafranque, du livre Gardiennes de la Lune, se défend de toute essentialisation des femmes. "Avoir conscience de son corps de son sexe, de sa vulve, de son utérus, et le revendiquer est loin d’être facile encore aujourd’hui", explique-t-elle avant d'assurer que son livre s'adresse "aussi aux femmes qui n’ont pas d’utérus". Justement, détaille l'autrice, "grâce aux cycles lunaires, il est possible de se connecter à ces énergies sans pour autant avoir ses règles. Se sentir femme dépasse en effet le fait d’avoir un utérus, mais en avoir un ne réduit pas la femme à n’être que cela". 

Pour elle, le féminin sacré est même ancré dans le mouvement éco-féministe et permet "de se sentir plus libre en se désengageant des injonctions extérieures imposées le plus souvent par les valeurs patriarcales de notre société", explique-t-elle à RTL Girls. "Notre société a besoin de s’inscrire dans un combat féministe juste, qui ne soit plus celui d’une guerre d’opposition mais au contraire un chemin d’équilibre entre les forces féminines et masculines de ce monde. Que l’on soit homme, femme, de genre fluide ou transgenre, notre intérêt commun est celui de vivre notre liberté d’être dans le respect de celle des autres".

Le féminin sacré peut s'inscrire dans une démarche féministe

Lise Côté, initiatrice en féminin sacré
Partager la citation

Lise Côté affirme quant à elle que le féminin sacré "peut s'inscrire dans une démarche féministe. Elle estime qu'il est important, aujourd'hui, de "cesser d’associer uniquement le féminin aux femmes et le masculin aux hommes" et ajoute que "d’un point de vue de l’âme, il n’existe pas de genre ni d’identité sexuée".

Pour l'initiatrice, la mise sur le devant de la scène du féminin sacré depuis plusieurs années est également "l’indicateur d’un énorme besoin de changement dans le monde". Elle explique que "la trajectoire du courant dominant n’est plus viable et qu’il est temps de rompre avec les effets dévastateurs de la pensée dualiste pour retrouver une vision plus globale", où les hommes et les femmes ne seraient pas "conditionnés à être d’éternels opposés".

Une vision qui enferme les gens dans deux stéréotypes

Le rabbin Floriane Chinsky n'est pas non plus étonné du succès que rencontre le féminin sacré. "Pour chaque être humain le rapport au corps est quelque chose d’important qui ne doit pas être mis de côté dans notre société", explique-t-elle à RTL Girls. Sortir des pressions sociales inutiles me semble approprié dans ce cadre-là", poursuit le rabbin.

Mais concernant la sacralisation du corps, Floriane Chinsky livre un point de vue nuancé : "On a sans doute tous et toutes besoin de sacré, de nous sentir libres d’être qui nous sommes. Mais pour moi, le fait de chercher l'essence masculine ou l'essence féminine contribue à nous enfermer dans deux types de stéréotypes. Je le respecte mais j’invite à changer de tactique", ajoute le rabbin. "La responsabilité de l'être humain d’après la religion juive, c’est de se créer lui-même, donc il n’y a pas d’essence".

Le "féminin sacré", une tendance réservée aux privilégiées ?
Le "féminin sacré", une tendance réservée aux privilégiées ? Crédit : iStock / Getty Images Plus

Un concept réservé aux privilégiées ?

Si le phénomène est difficilement quantifiable à l'échelle de la France, on peut remarquer qu'avec la multiplication des ouvrages sur le sujet viennent aussi la multiplication d'offres de retraites spirituelles consacrées au féminin sacré. 

Sur des sites comme Moonrise Series, ou l'École féminin masculin sacré, les prochaines retraites affichent complet et coûtent entre 380 et 795 euros pour environ 4 ou 5 jours selon les formules proposées. "Ce genre de retraites, je ne pourrai pas me les payer", dénonce Sophie. Malgré une diversité de blogs et autres contenus gratuits libres sur Internet, avoir accès à son féminin sacré resterait-il un pouvoir réservé aux privilégiés ?

"Le piège de ce genre de discours est que l'on adhère au fait qu’il faut se donner de la liberté et de la force mais pas au cadre conceptionnel qu’il y a derrière", estime le rabbin Floriane Chinsky avant de conclure : "C'est toute la question de savoir comment lutter à une discrimination liée à une caractéristique sans s’enfermer dans l’entre-soi de gens qui partagent cette caractéristique. On souffre tous et de toutes de cela, on a forcément besoin de traiter le problème au risque de renforcer le stéréotype en le réglant seulement entre nous."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tendances Société Psycho
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797060183
Le féminin sacré : cette tendance libère-t-elle vraiment les femmes ?
Le féminin sacré : cette tendance libère-t-elle vraiment les femmes ?
DÉCRYPTAGE - Le féminin sacré est un concept derrière lequel on prône le retour à la nature pour être reconnectée à son corps et son esprit. Une tendance qui veut émanciper les femmes... mais à quel prix ?
https://www.rtl.fr/girls/societe/le-feminin-sacre-cette-tendance-libere-t-elle-vraiment-les-femmes-7797060183
2019-04-24 11:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/N8jVsGRzWmQrV2e1BS3xlQ/330v220-2/online/image/2019/0423/7797484423_le-cycle-de-la-lune-est-cense-nous-aider-a-nous-reconnecter-a-notre-corps-et-a-nos-energies-feminines.jpg