5 min de lecture Société

La sorcière est-elle (vraiment) une figure féministe ?

L'ÈRE DES SORCIÈRES 3/5 - Avec le retour des sorcières à la télévision et la publication de "Sorcières" de Mona Chollet, ces figures ésotériques semblent, en 2018, ne pouvoir être que féministes. Une analyse à nuancer au regard de la société.

"The Craft" est un film culte des années 90
"The Craft" est un film culte des années 90 Crédit : Columbia Pictures
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Vous avez dû le remarquer. Depuis quelques années, les sorcières sont de retour sur le devant de la scène. Plus de dix ans après nos adieux au "Pouvoir des Trois" (Charmed) et à Willow (Buffy contre les vampires), ces femmes douées de pouvoirs magiques ont retrouvé le chemin des plateaux de tournage et s'invitent désormais dans nos fils d'actualité ou boîtes mails (feu Witch Please, la newsletter des sorcières de Jack Parker).

Dans la vraie vie, les sorcières ne se cachent plus. Elles investissent des manifestations (comme le Witch Bloc Paname) et unissent même leurs forces à travers le monde pour jeter des sorts à Donald Trump ou Brett Kavanaugh

En 2018, la sorcière est on ne peut plus féministe, brandissant alors l'égalité entre les femmes et les hommes comme l'un de ses combats inévitables, raisonnant évidemment avec l'actualité des dernières mois et dernières années. En témoignent la publication de l'ouvrage dont tout le monde parle en ce moment : Sorcières, la puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet (éditions Zones), et de nombreux sujets (passionnants) consacrés à cette thématique chez France CultureCheek Magazine ou encore Slate.fr.

À lire aussi
Pierre Deladonchamps et Cyrille Mairesse dans "Les Chatouilles" Cinéma
"Les Chatouilles" : pourquoi ce film est important en 4 leçons
"Charmed", la première série avec des sorcières qualifiée de féministe
"Charmed", la première série avec des sorcières qualifiée de féministe Crédit : Spelling Entertainment

"Aujourd'hui, on a l'impression que toutes les sorcières sont féministes, que toutes les féministes sont sorcières. Mais dans les deux cas, c'est faux", estime Lilith, tarologue de 27 ans, qui se définit elle-même comme "sorcière moderne". 

Pour elle, à l'aune de #MeToo, de la libération de la parole des femmes et du retour du féminisme sur le devant de la scène pop, "il est facile de tomber dans une analyse politique de la sorcière". Mais à y regarder de plus près, les sorcières ne sont pas toutes des défenseures de l'égalité. Pire, parfois elles ne se contentent pas de rester muettes ou inactives sur le sujet, mais participent à une vision inégalitaire du monde. La preuve par 4.

1. Toutes les sorcières ne sont pas engagées

Au même titre que toutes les femmes ne se disent pas féministes, toutes les sorcières ne revendiquent pas non plus un engagement politique. "Il y a des personnes qui pratiquent la sorcellerie comme un art ou une spiritualité et qui ne sont pas spécialement engagées politiquement", souligne Lilith pour qui, au contraire, sa spiritualité et sa vision politique sont totalement liées.

C'est à croire que la figure même de la sorcière a finalement outrepassé la pratique même de la sorcellerie. Il est "tendance" de se proclamer "sorcière" ; comme il est désormais d'usage de désigner des femmes engagées pour l'égalité comme étant des sorcières. Mais cette appellation ne serait-elle pas devenue une forme de mode à suivre plutôt qu'une véritable identité, derrière laquelle se cache des croyances comprises et respectées

La troisième saison de "American Horror Story" se déroule dans un coven de sorcières
La troisième saison de "American Horror Story" se déroule dans un coven de sorcières Crédit : FX Networks

2. Quand la figure de la sorcière devient un outil commercial et marketing

Entre 12 et 48 euros, c'est le prix que certaines sorcières modernes déboursent chaque mois pour recevoir une box dédiée à la pratique de la sorcellerie. Ces boîtes magiques ont flairé le bon filon tout en permettant à des curieuses de s'ouvrir à la pratique de l'ésotérisme et à ses valeurs.

En France, le site Madmoizelle.com a lancé la sienne pour le mois d'octobre (stock épuisé) tandis que la startup française Womoon s'est jeté à l'eau et propose plusieurs produits promettant d'aider les femmes "à se connaître et s'aimer profondément".

D'abord marché de niche, les objets, accessoires et vêtements labellisés "witchcraft" ont commencé à investir les grandes enseignes, telles que ASOS ou Urban Outfitters. Dior a consacré il y a plusieurs saisons l'une de ses collections aux couleurs du tarot tandis que Sephora a tenté de lancer son propre "kit de sorcière débutante" en partenariat avec la marque de parfum Pinrose (pour environ 36 euros).

Annoncé pour le mois d'octobre, ce nouveau produit ne sera finalement pas commercialisé par les deux marques. En cause ? Des sorcières se sont emparées des réseaux sociaux pour manifester leur mécontentement face à cette récupération commerciale jugée irrespectueuse.

Gabriela Herstik, chroniqueuse pour le magazine américain Nylon et auteure d'un livre sur la sorcellerie, a expliqué au site Hello Giggles le problème d'un tel kit, contenant un jeu de tarot, des cristaux, des fioles de parfum et de la sauge, herbe réputée pour ses vertus purificatrices.

Est-ce qu'on peut considérer qu'une logique capitaliste est féministe ?

Lilith, tarologue
Partager la citation

"Il y a plusieurs problèmes. D'abord son nom. Ensuite, le fait que la sauge blanche soit surexploitée et difficile à obtenir pour le peuple Amérindien alors qu'il s'agit d'une herbe sacrée pour lui. Enfin, ce kit n'offre aucun contexte pour aider les gens à explorer la sorcellerie d'une façon profonde et significative". 

"Est-ce qu'on peut considérer qu'une logique capitaliste est féministe ?", s'interroge alors Lilith avant d'ajouter : "Je n'en suis pas certaine, parce qu'on va avoir des femmes qui vont objectiver d'autres femmes à outrance. On retombe toujours dans les mêmes clichés", déplore-t-elle.

3. Un féminisme de façade ?

Le hashtag #WitchesOfInstagram cumule près de 2 millions d’occurrence sur le réseau social. Comme pour n'importe quelle tendance, les "sorcières d'Instagram" adoptent plus ou moins les mêmes codes, postent des photos de leurs grimoires ou leur tirage quotidien en clamant parfois à tout va l'importance du "girl power". 

Mais derrière ce féminisme ésotérique, quels sont les véritables engagements de ses utilisatrices ? Appliquent-elles ce qu'elles prônent derrière leurs écrans ? "Si on se dit sorcière féministe, il faut aller en profondeur des sujets", estime Lilith qui reconnaît se prêter aux jeu des apparences, tout en assurant, en coulisses, une vision positive de la solidarité entre femmes.

Jah Egregius, ostéopathe et acupuncteur se revendiquant également sorcière, précisait en 2016 à Vice qu'il n'avait aucun lien avec la wicca. Pour lui, ce mouvement néopaïen (développé dans les années 50 en Angleterre) est un "culte homophobe et encore plus hétérocentré que le christianisme".

La place des personnes trans ou même intersexes est en effet difficilement acceptée dans certains coven (groupes de sorcières) issus de cette branche, prouvant alors que le féminisme semble parfois, pour certaines sorcières, avoir ses limites. 

La saison 3 de "American Horror Story" offre une belle image de la magie vaudou
La saison 3 de "American Horror Story" offre une belle image de la magie vaudou Crédit : Michele K. Short

4. Une magie "blanchisée"

C'est une critique qui est revenue dans plusieurs articles ou conversations de comptoir : le livre publié par Mona Challet ne s'intéresse qu'aux sorcières occidentales et donc, blanches. Or, il a existé et existe encore aujourd'hui toute une tradition de la pratique de la sorcellerie des personnes dites "racisées". 

"La magie est très blanchisée", confirme Lilith, elle-même d'origine réunionnaise. "Le vaudou, par exemple, est perçu comme une mauvaise magie alors que la wicca comme proche de la nature", explique-t-elle avant de rappeler que la "chasse aux sorcières" visait bien sûr les femmes mais aussi les minorités. Si on veut parler de la sorcière politique, il faut alors l'envisager comme une sorcière intersectionnelle", estime la tarologue. Car le féminisme n'est pas qu'une affaire de femmes privilégiées. Sorcières ou pas.  

La rédaction vous recommande les autres articles de la série
Lire la suite
Société Halloween Magie
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795283572
La sorcière est-elle (vraiment) une figure féministe ?
La sorcière est-elle (vraiment) une figure féministe ?
L'ÈRE DES SORCIÈRES 3/5 - Avec le retour des sorcières à la télévision et la publication de "Sorcières" de Mona Chollet, ces figures ésotériques semblent, en 2018, ne pouvoir être que féministes. Une analyse à nuancer au regard de la société.
https://www.rtl.fr/girls/societe/la-sorciere-est-elle-vraiment-une-figure-feministe-7795283572
2018-10-27 08:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/imvJ4EoQ1Ud20Hkd6Oz-SQ/330v220-2/online/image/2018/1023/7795292934_the-craft-est-un-film-culte-des-annees-90.jpg