12 min de lecture Voyage

Sport, détox, spiritualité : pourquoi partir en retraite changera votre vie

HORS DES SENTIERS BATTUS 3/3 - Se couper du monde pour méditer, jeûner ou simplement réfléchir : RTL Girls vous donne les clés pour vous lancer dans l'art de la retraite.

Le centre Yoga Searcher de Hossegor (Landes) propose des retraites "Surf et Yoga".
Le centre Yoga Searcher de Hossegor (Landes) propose des retraites "Surf et Yoga". Crédit : Stéphane Bellocq/Yoga Searcher
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Faire un cours de yoga, puis prendre le métro parisien… c’est vraiment pas l’idéal pour se détendre." Mia rit, tout en soupirant. Depuis deux ans, cette comédienne et coach habituée à vivre et travailler en résidence, d’un pays à l’autre, a opté pour une solution radicale pour échapper à son rythme de vie "speed" : la retraite. "Pendant quelques jours, c’est écrit que je suis indisponible sur ma boîte-mail, je ne suis pas sur mon téléphone, mais ce n’est pas non plus vraiment des vacances, parce que je me forme", explique-t-elle.

Sport, conférences, enseignements... Les retraites ne sont pas faites pour bronzer au bord d’une piscine. Ou pas que. À l’origine destinées à l’éducation et à la foi religieuses, elles se sont démocratisées ces dernières années, attirant des personnes de tous horizons, note Rozenn Olivry, membre du Foyer de Charité Chateauneuf de Galaure, près de Lyon.


"La plupart des personnes sont croyantes ou dans une démarche de spiritualité, admet Rozenn Olivry. Mais on a parfois des personnes qui sont juste là pour un temps de ressourcement spirituel, qui ne sont pas forcément baptisées et ne qui connaissent pas forcément la foi catholique".

Depuis 80 ans, cet établissement, le premier de son genre, propose des retraites en silence de cinq jours, ouvertes à toutes et tous et à prix libre. Aujourd’hui, les 78 foyers de charité du monde accueillent chaque année, près de 50.000 retraitants et retraitantes, catholiques ou non. 

Silence et spiritualité

À lire aussi
Voyager en solo est une aventure qui se prépare vacances
Voyager seule quand on est une femme : 9 applis à télécharger avant de partir

Après un burn-out et "une quête spirituelle", Gaëlle s’est faite baptiser à 42 ans. "J'ai fait des retraites pour qu’on me donne les bases" de l'enseignement religieux, explique-t-elle. Depuis, elle en fait une à deux par an. La dernière en date s’est déroulée dans un centre jésuite à Clamart, en région parisienne. Cinq jours en silence, avec un accompagnement religieux. "Le dernier soir vous pouvez parler, mais en fait vous n’avez plus besoin de parler. Retrouver le silence c’est retrouver notre cœur", raconte Gaëlle.

Méditations et prière sont au programme des retraites spirituelles.
Méditations et prière sont au programme des retraites spirituelles. Crédit : Unsplash/Ben White

Aujourd’hui coach en France métropolitaine, Gaëlle raconte être passée par le bouddhisme, et l’hindouisme lorsqu’elle habitait sur l’île Maurice. "L’hindouisme c’était un nettoyage, et le bouddhisme pour retrouver la paix."

Ce n’était pas du tout austère et j’ai trouvé que c’était même très joyeux, il y a un vrai art de vivre

Elina, 26 ans, après une retraite méditative bouddhiste
Partager la citation

Elina, 26 ans, s'est quant à elle essayée à une retraite bouddhiste méditative en mai dernier. "C’était purement par curiosité", raconte-t-elle. Pendant une semaine, cette employée de start-up s’est retirée de sa vie parisienne au Village des Pruniers, dans le Sud-Ouest de la France. Là-bas, depuis trente ans, le public est accueilli par des moines bouddhistes pour des retraites plus ou moins longues.

"Il y a beaucoup de méditation et des enseignements très laïcisés et occidentalisés, on n’a pas trop l’impression que c’est religieux", explique Elina. Programme : lever à 5 heures, méditation, cours et activités en communauté, avec un temps de silence du soir au matin. "La veille de partir j’ai compris qu’il y avait 50% de la journée en silence, je n’avais pas trop réalisé où j’allais. Mais au final ce n’était pas du tout austère et j’ai trouvé que c’était même très joyeux, il y a un vrai art de vivre".

La retraite bouddhiste a été "un petit chamboulement" pour Élina.
La retraite bouddhiste a été "un petit chamboulement" pour Élina. Crédit : Unsplash/JD Mason

Aujourd’hui, Elina garde un bon souvenir de cette semaine passée en camping dans un des hameaux ouverts aux visiteurs. "Je pense que c’est un petit chamboulement dans la vie, mais je n’irai pas n’importe quand", conclut-elle. "Même si c’est un refuge intéressant quand on va mal, le lieu ne va pas te soigner en lui-même. Tu ne peux en profiter que si tu es prête à t’imposer une certaine discipline."

Yoga, surf et sport intense

Marie ne recherchait pas forcément la spiritualité lorsqu’elle a commencé les retraites de yoga. Cette architecte parisienne se rend deux fois par an depuis trois ans au centre Yoga Searcher à Hossegor (Landes) pour suivre une retraite "Surf et Yoga". "À la base je voulais simplement me mettre au yoga et voir ce que c’était", explique cette surfeuse confirmée. Équilibre, souplesse, détente, elle a réalisé que "le yoga et le surf se marient très bien."

Yoga et surf se "marient très bien" selon Marie.
Yoga et surf se "marient très bien" selon Marie. Crédit : Unsplash/Annie Spratt

Depuis sa première retraite à Hossegor, Marie suit également des cours de yoga à Paris, recommandés par la co-fondatrice de Yoga Searcher, Bénédicte Peroz. "On est une petite famille, explique cette dernière. L’idée c’est de proposer un cadre très agréable à des gens entre quatre jours et une semaine. Ils sont comme à la maison, c’est du cocooning."

L’organisation des journées et leur intensité dépendent des professeurs. "On a des groupes qui font six heures de yoga par jour, mais on a aussi eu des Américains qui sont venus pour en faire deux heures le matin et qui visitaient le Pays-Basque l’après-midi." Selon les formules - hébergement en groupe et repas végétariens compris - les prix varient entre 500 et 1000 euros pour une retraite de quatre à six jours.

La plupart des gens qui viennent sont des gens en surmenage au travail, et à la maison

Philippe Charlotiaux, co-fondateur de Training-Provence
Partager la citation

De l’autre côté du pays, en Provence, Philippe Charlotiaux et Rémi Jehan ont fondé Training-Provence. En partenariat avec plusieurs chambres d’hôtes et gîtes de la région, ils proposent leurs services de coachs sportifs à de plus en plus de personnes seules qui veulent du "sur-mesure". "La plupart des personnes qui viennent sont des gens en surmenage au travail, et à la maison. Pendant quelques jours elles sont centrées sur elles-même. On s’occupe d’elles de A à Z", explique Philippe Charlotiaux.

Training Provence propose des exercices et entraînements sportifs en lien avec la nature.
Training Provence propose des exercices et entraînements sportifs en lien avec la nature. Crédit : Matt Gross

La matinée commence par un réveil musculaire, petit-déjeuner, repos et cours de remise en forme, comme les pilates ou le cross-fit. L’après-midi, "on part souvent sur des rando-trainings, sur des collines, entrecoupées d’exercices physiques." Le tout, toujours en lien avec la nature. "Parfois on va faire des exercices les pieds dans l’eau."

Laurence a fait appel à Training-Provence en février dernier. Elle recherchait "une semaine sportive dans un cadre agréable, au soleil, et à un prix acceptable" - environ 150 euros par jour tout compris. "C’était une belle rencontre, humainement et sportivement. J’ai appris l’importance de bien se nourrir, des échauffements, de bien effectuer les mouvements. Une semaine entre zénitude et sport", résume-t-elle.

Détox et jeûne

Parfois le sport s’allie à un régime drastique. C’est le cas des retraites proposées par L’Amandier, dans le parc du Vercors. Depuis 15 ans, Pierre et Dominique Juveneton organisent des semaines de retraites "Jeûne et randonnée". Naturopathe et thérapeute, ils associent leurs compétences lors de séjours adaptés à partir de la méthode de jeûne thérapeutique allemande dite Bölling, du nom de son créateur. "On propose quelque chose de plus doux, les randonnées sont moins longues, on a un jacuzzi et un spa."

L'Amandier propose des retraites "Jeûne et randonnée" d'une semaine.
L'Amandier propose des retraites "Jeûne et randonnée" d'une semaine. Crédit : L'Amandier

Une occasion saisie par Johanna en 2015. "J’ai commencé à être convaincue il y a quelques années que le jeûne faisait beaucoup de bien physiquement", explique-t-elle. Adepte de cette pratique quelques jours par an, elle a décidé de sauter le pas et de se lancer dans cinq jours complets. "C’est vraiment une semaine à s’occuper de soi et faire des belles rencontres", résume-t-elle.

Le matin, tisane, méditation et randonnée de deux à quatre heures. L’après-midi, soins et ateliers. "Nous aimons la dynamique de groupe, on crée la solidarité. Les gens seuls aiment venir chez nous", raconte Pierre. Le jeûne aide à se recentrer. "Il n’y a pas que le corps qui se nettoie. On fait parler les gens, on les accompagne. On n’a pas peur des gens qui pleurent".

Ce séjour a tellement plu à Johanna qu’elle propose aujourd’hui ses propres retraites yoga et détox, près de Lyon. Elle aussi travaille avec une naturopathe. "On fait une journée entière jus de légumes, on pourrait aussi faire une journée mono-diète avec du raisin par exemple. Le reste des repas sont végétaliens".

Retrouver son féminin

Depuis peu, un nouveau type de retraite a émergé : les retraites spécifiquement destinées aux femmes. Catholique, Béatrice Pelleau a créé Cœur de Femme en 2015, après avoir elle-même participé à une retraite religieuse féminine aux États-Unis. "On fait une expérience nouvelle de sa féminité dans une perspective spirituelle", résume-t-elle.

La plupart des participantes, qui viennent souvent en duo, "cherchent à entendre des choses nouvelles sur leur féminité. C’est comme une réconciliation", explique-t-elle. "Il y a une soif incroyable, autour de la question spirituelle et autour de l’identité."

Certaines retraites proposent d'explorer sa féminité dans une perspective spirituelle.
Certaines retraites proposent d'explorer sa féminité dans une perspective spirituelle. Crédit : Unsplash/Artem Bali

Chez Cœur de Femme, la foi chrétienne est "centrale", mais Béatrice Pelleau accueille également des femmes d’autres religions, et des agnostiques. Le temps s’organise autour de prières, méditations, conférences et ateliers. "On fait de la danse, de l’esthétique, de jardinage, tout ce qui en fait peut nous faire du bien, tout ce qui nous détend."


Sans dimension religieuse, Heloïse Clarks propose elle aussi des retraites centrées sur la féminité et le cycle féminin. Partant du principe que la biologie féminine était très peu connue des femmes elles-mêmes, cette podologue résidant aux Pays-Bas a créé il y a deux ans Circle Blossom, et des retraites basées sur les travaux de Miranda Gray.

Les retraites Circle Blossom offrent aux femmes la possibilité d'en apprendre plus sur leur cycle féminin en pleine sororité.
Les retraites Circle Blossom offrent aux femmes la possibilité d'en apprendre plus sur leur cycle féminin en pleine sororité. Crédit : Circle Blossom

Dans Lune rouge: les forces du cycle féminin, cette auteure britannique explique la manière dont la biologie et la psychologie des femmes sont influencées par leur cycle menstruel. "On va toutes passer par des moments où on a des énergies plus importantes, où on se sent plus sociable et puis des moments où on a envie de se retrouver, d’être créative, de méditer", explique Heloïse Clarks.

Le fait de discuter dans les cercles et de partager son expérience permet de se libérer.

Mia, retraitante Circle Blossom
Partager la citation

Pendant ses retraites, elle propose donc aux participantes des exercices pour mieux parvenir à gérer leur vie et leur emploi du temps en fonction de leur cycle. "Il y a des schémas d’émotions qui reviennent à la même période chaque mois. Si j’identifie ces périodes, je vais pouvoir organiser mon emploi du temps en fonction, et cela va me permettre d’être beaucoup plus en phase avec moi-même."

Pour 500 euros tout compris, douze femmes retrouvent Heloïse deux fois par an, dans une ancienne ferme du parc du Perche (Orne) pendant cinq jours. C’est ce qu’a fait Mia en juin dernier. Déjà familière du travail de Miranda Gray, elle a apprécié l’esprit de "sororité" de la retraite. "Le fait de discuter dans les cercles et de partager son expérience permet de se libérer", explique-t-elle. Face au succès de ses retraites, Heloïse Clarks pense aujourd’hui à en créer de plus courtes, "sur un week-end, et plus proches de Paris".

Un week-end... chez soi ?

Pour une retraite efficace, il suffit de "se créer un espace-temps et un espace-lieu", explique Alexandra Adénor, professeure de yoga et autrice d’un blog dédiée à sa pratique. Avec plusieurs retraites à son actif, elle a élaboré une séries de conseils pour les personnes souhaitant se retirer chez elles, pour de courtes durées. "On n’a pas nécessairement le temps ni le budget pour aller ailleurs ou à l’étranger. La maison c’est à proximité et c’est facile", justifie-t-elle.

Il est aussi possible de faire une retraite chez soi.
Il est aussi possible de faire une retraite chez soi. Crédit : Unsplash/Form

D’abord il faut organiser sa journée, avec "un programme que l’on se donne". Premier conseil : se lever tôt (six heures maximum). Ensuite la journée peut s’articuler autour d’exercices de respiration, de yoga, de méditation ou même d’une promenade dans son quartier : "l’objectif est de prendre conscience de ce qui se passe autour de soi".

Une retraite chez soi passe également par une discussion avec son entourage. Il faut "s’organiser avec son conjoint, sa famille, le plus possible, avoir sa propre pièce et prévenir que de telle heure à telle heure on ne peut pas être dérangée." Autre solution : "On peut s'amuser à faire cette retraite en famille", conclut Alexandra.

Notre sélection de retraites

Au centre Yoga Search de Hossegor (Landes) l'intensité des cours de yoga dépend des professeurs et de la formule choisie. Site : http://www.yogasearcher-hossegor.com/ Crédits : Yoga Searcher | Date : 03/10/2018
7 >
Au centre Yoga Search de Hossegor (Landes) l'intensité des cours de yoga dépend des professeurs et de la formule choisie. Site : http://www.yogasearcher-hossegor.com/ Crédits : Yoga Searcher | Date : 03/10/2018
Au Village des Pruniers, les retraitants apprennent la culture et la philosophie bouddhiste. Crédits : Village des Pruniers | Date : 03/10/2018
Héloïse Clarks a créé les retraites Circle Blossom pour permettre aux femmes de se retrouver et de mieux connaître leur cycle féminin. Site : https://www.circleblossom.com/ Crédits : Circle Blossom | Date : 03/10/2018
Le Foyer de Charité de Chateauneuf de Galaure (Drôme) propose des retraites en silence. Crédits : Foyer de Charité Chateauneuf de Galaure | Date : 03/10/2018
À L'Amandier, Pierre et Dominique Juveneton proposent des retraites "Jeûne et randonnée". Site : http://www.amandier.info/ Crédits : L'Amandier | Date : 03/10/2018
Training-Provence propose des séjours sport et détente sur-mesure. Site : http://training-provence.com/ Crédits : Jean-Louis Brun | Date : 03/10/2018
Depuis 2015, Bénédicte Pelleau propose les retraites catholiques "Coeur de Femme". Site : https://www.foyer-chateauneuf.com/ Crédits : Coeur de Femme | Date : 03/10/2018
1/1



La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voyage Stress Nature
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants