6 min de lecture Genre

Personnes intersexes : en finir avec l'humiliation et la honte

TÉMOIGNAGE - Les personnes intersexes sont nées sans attributs typiquement féminins ou typiquement masculins. Aujourd'hui, elles se battent pour plus de visibilité dans un monde où règne la binarité des sexes.

Les personnes intersexes se battent pour être reconnues et visibles
Les personnes intersexes se battent pour être reconnues et visibles Crédit : Unsplash/Karina Carvalho
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Mischa ne veut pas que l'on dise son âge. Il sait qu'il fait beaucoup plus jeune que "la petite vingtaine", et en a assez qu'on le lui fasse remarquer. En avril dernier, ça a été la goutte d'eau : alors qu'il était bénévole à la Croix-Rouge, un médecin a insisté. "Il ne m'a pas cru quand je lui ai dit mon âge", raconte-t-il. "Je lui ai expliqué que j'avais un déficit hormonal, ce que je dis en général parce que c'est un peu fourre-tout et que c'est la vérité."

Devant l'insistance du médecin, Mischa lui a confié qu'il était une personne intersexe, c'est-à-dire née avec des attributs qui ne correspondent pas à ce qui est considéré typiquement féminin ni typiquement masculin. "Il a eu un regard extrêmement pathologisant, extrêmement stigmatisant qui m'a beaucoup choqué", souligne Mischa. 

Malheureusement, cette situation était loin d'être une première pour lui. "Je me suis dit que ce n'était plus possible : cette honte-là, cette humiliation n'est pas normale !" Les personnes intersexes, qui représentent au moins 1,7% de la population selon de rares études, sont souvent traitées comme des "anomalies" de la nature par le corps médical. Et ce, dès leur naissance.

À lire aussi
Anna Friel et Callum Booth-Ford dans "De Max à Maxine" LGBT
"De Max à Maxine", la série qui montre une enfant en transition

Combattre l'invisibilité

Après cette ultime expérience d'humiliation, Mischa a décidé de rejoindre Twitter en avril dernier. Il espérait y trouver des réponses, mais n'a pu que constater l'invisibilité des personnes intersexes. "On parlait de nous nulle part, et quand on le faisait, c'était dans des termes abominables. Y compris au sein-même de la communauté LGBTQ+".

Il commence alors à raconter son quotidien de personne intersexe. Jusqu'à ce qu'il écrive une série de message à propos de la Marche des fiertés (Pride,) et la solitude qui l'a gagné alors qu'il défilait au sein de la communauté LGBTQ+. 

"J'étais le seul drapeau intersexe de toute la Pride", résume-t-il. Le Collectif Intersexes et Allié-e-s (CIA) avaient décidé de boycotter le défilé pour dénoncer l'invisibilité des membres de leur communauté. Depuis, Mischa a rejoint le CIA et y milite "plusieurs heures par jour, tous les jours de la semaine." 

Mettre fin à la maltraitance médicale

Pour expliquer l'intersexuation et sensibiliser le personnes non-concernées, Mischa a écrit une bande dessinée, disponible sur les réseaux sociaux : "C'est quoi intersexe ?". Il y décrit les multiples examens et abus souvent subis par les personnes intersexes et son combat pour plus de visibilité.

"Beaucoup de choses sont inspirées de mon vécu, parce que forcément c'est ce que je suis le plus à l'aise de raconter", explique Mischa. "Mais les examens dont je parle sont propres à plein de personnes intersexes."

Avec le CIA, Mischa se bat notamment contre la maltraitance médicale et la manière dont les médecins considèrent l'intersexuation : comme une "pathologie" qu'il faut "guérir". "L'institution médicale considère que nous avons des corps anormaux voire inacceptables, et qu'il est absolument nécessaires de nous rectifier".

On n'est pas malades du tout, on est juste différent-e-s.

Mischa, militant intersexe
Partager la citation

Il n'y a rien de dangereux à être intersexe, insiste Mischa. "L'intersexuation est saine, dans l'immense majorité des cas. On n'est pas malade du tout, on est juste différent-e-s." 

Certains médecins n'hésitent pourtant pas à opérer des bébés ou des enfants s'ils jugent qu'il est nécessaire de leur assigner un sexe masculin ou féminin. Certains prescrivent également des traitements hormonaux. Tout cela sans consentement des personnes intersexes, souvent trop jeunes pour comprendre ce dont ils font l'objet.

En France, le "sexe neutre" n'est pas reconnu comme en Allemagne ou au Canada, par exemple
En France, le "sexe neutre" n'est pas reconnu comme en Allemagne ou au Canada, par exemple Crédit : Taylor Bryant

Ces pratiques peuvent avoir une incidence très grave sur la santé mentale. "On comprend très jeunes qu'on est anormal et qu'on n'est pas acceptable aux yeux des médecins et de la société. On finit par avoir un regard sur nous-mêmes qui est extrêmement violent, avilissant et profondément négatif", explique encore Mischa.

Pour lutter contre ces pratiques médicales, le CIA a lancé cette année une campagne intitulée "Stop mutilations intersexes". Il demande notamment, via une pétition adressée à la ministre de la Santé Agnès Buzyn et la ministre de la Justice Nicole Belloubet, que cessent les "opérations chirurgicales" et les "traitements hormonaux" effectués "sans nécessité de santé" et "sans consentement éclairé".

Devant la justice

En 2013, le Conseil de l'Europe, le Comité contre la torture et le Comité des droits des enfants de l'ONU assimilent les mutilations génitales subies par certains enfants intersexes à des "traitements inhumains et dégradants". Trois ans plus tard, trois comités différents des Nations Unies - dont celui sur la torture - condamnent la France pour les mêmes pratiques. 

"C'est un sujet complètement nouveau", estime Mila Petkova. Cette avocate est l'une des rares de sa profession à accompagner les personnes intersexes qui souhaitent faire reconnaître leurs droits devant la justice. "Grâce à la recherche juridique qu'on a menée, on s'est aperçu que les actes d'opérations, les interventions chirurgicales ou hormonales pouvaient être qualifiés de violences volontaires sur mineur-e de moins de quinze ans par exemple."

Le drapeau qui représente les personnes intersexes
Le drapeau qui représente les personnes intersexes Crédit : iStock / Getty Images Plus

L'avocate travaille également à faire reconnaître le sexe neutre en France. "Notre droit est flou", explique-t-elle. "Mais il permet, au nom de la liberté, de faire valoir un état civil neutre." Aujourd'hui cette demande est devant la Cour européenne des droits humains après avoir été rejetée par la Cour de Cassation en 2017

Si la France est condamnée, il s'agirait d'un premier pas dans la reconnaissance de l'intersexuation. Plusieurs pays, comme le Canada ou l'Allemagne, ont déjà adopté la possibilité de choisir un genre neutre à l'état civil. 

Malte s'est également parée en 2015 d'une législation garantissant "l'intégrité corporelle et l'intégrité physique", ce qui interdit les mutilations génitales sur les enfants intersexes. Pour la France, Mila Petkova estime qu'il s'agit simplement d'une "question de temps".

Avoir honte et se cacher

Même si le mouvement intersexe est relativement récent en France (le CIA a été créé en 2016), l'Organisation Internationale pour les Intersexes a été créée en 2003 et "les premiers mouvements ont été fondés dans les années 1990 aux États-Unis", précise Mischa.

Mais s'organiser reste encore un défi pour les personnes intersexes : beaucoup ne connaissent pas forcément le terme "intersexuation", car rarement utilisé par les médecins. "Les médecins utilisent des termes comme 'désordre du développement sexuel' ou 'syndrôme untel'", explique Mischa. 

Beaucoup de personnes intersexes ne se disent pas intersexes

Mischa, militant intersexe
Partager la citation

Dès lors, il est difficile de s'identifier à la communauté intersexe. D'autant plus lorsque l'on a été élevé dans la culture du secret. "Pour certains, la honte et le sentiment de devoir se cacher est encore très présent, et un certain nombre a aussi été 'rectifié' par le corps médical et se pense 'normal'", précise Mischa. Pour toutes ces raisons, "beaucoup de personnes intersexes ne se disent pas intersexes", résume-t-il.

"On commence à se rendre compte que ce qu'on a vécu est extrêmement grave, et que ça a des répercussions sur nous, qu'il faut faire quelque chose", explique-t-il avant d'ajouter, avec plus d'optimisme : "Il y a un peu un effet domino. C'est comme ça que j'ai eu le courage de faire mon coming-out : en découvrant d'autres personnes qui l'avaient fait."

La rédaction vous recommande

Lire la suite
Genre Féminisme Lutte
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795909817
Personnes intersexes : en finir avec l'humiliation et la honte
Personnes intersexes : en finir avec l'humiliation et la honte
TÉMOIGNAGE - Les personnes intersexes sont nées sans attributs typiquement féminins ou typiquement masculins. Aujourd'hui, elles se battent pour plus de visibilité dans un monde où règne la binarité des sexes.
https://www.rtl.fr/girls/identites/personnes-intersexes-en-finir-avec-l-humiliation-et-la-honte-7795909817
2018-12-22 10:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/A_R7Hz1ziXBPY6mGKSr4ww/330v220-2/online/image/2018/1213/7795909943_karina-carvalho-87593-unsplash.jpg