1 min de lecture Violences conjugales

Féminicides : Flavie Flament énumère les 101 noms des victimes

Depuis le 1er janvier, 101 femmes sont décédées sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-conjoint. Jeudi, en introduction de son émission quotidienne "On est fait pour s'entendre", Flavie Flament a cité chacun de leurs noms.

On est fait pour s'entendre - Flavie Flament
Flavie Flament édité par Marie Zafimehy

"Salomé, Sarah, Tran Thi Thua Ha..." Ainsi commence la longue liste des femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint depuis le début de l'année 2019. Alors que le gouvernement a lancé le Grenelle contre les violences conjugales mardi 3 septembre, Flavie Flament a commencé son émission quotidienne "On est fait pour s'entendre" en énumérant à l'antenne les 101 noms de victimes de féminicides recensés depuis le 1er janvier.

Parmi les noms de cette liste, huit n'ont pas été divulgués. Mais certains sont devenus tristement célèbre, comme celui de Julie tuée sur l'Île Rousse (Haute-Corse) alors qu'elle avait porté plainte six fois contre son ex-conjoint. Son père était présent lundi aux côtés d'Édouard Philippe lorsque celui-ci a présenté les premières mesures d'urgence pour faire face au nombre exponentiel de féminicides.

Le Premier ministre a par exemple annoncé la création de 1.000 place d'hébergement d'urgence et la généralisation du port de bracelets électroniques anti-rapprochement. Au début de l'été, Marlène Schiappa avait annoncé un fonds d'un million d'euros débloqué pour lutter contre les féminicides. Pas assez selon les associations, qui demandent au moins 500 millions d'euros pour combattre efficacement les violences conjugales.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Société Sexisme
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants