3 min de lecture Société

La sexualité des Français(es) : 5 informations à retenir

Santé publique France vient de dévoiler, ce mardi 23 octobre, le baromètre santé 2016 sur le "genre et la sexualité", témoignant des disparités existantes entre les femmes et les hommes dans la société française.

L'âge moyen du premier rapport sexuel est de 17 ans en France en 2016
L'âge moyen du premier rapport sexuel est de 17 ans en France en 2016 Crédit : Unsplash/rawpixel
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

Les inégalités entre les femmes et les hommes perdurent aussi bien en société que dans les sphères les plus intimes. L’agence nationale de santé publique (Santé Publique France) le prouve une fois de plus avec son baromètre santé 2016 "genre et sexualité", publié ce mardi 23 octobre. 

L'établissement public français, placé sous la tutelle de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, nous apprend que, depuis dix ans, certains aspects de la sexualité des Françaises et des Français n'ont pas changé : exemple avec l'âge moyen du premier rapport sexuel qui se situe selon les années à plus ou moins 17 ans, pour les filles comme pour les garçons.

D'autres, en revanche, témoignent d'une plus grande disparité entre les femmes ou les hommes ou encore d'une évolution des pratiques, influencée par l'usage d'Internet et des réseaux sociaux. Explications.  

1. L'âge moyen du rapport sexuel : 17 ans

Depuis plusieurs années maintenant, l'âge moyen du premier rapport sexuel des filles comme des garçons tourne autour de 17 ans. En 2016, il s'élevait à 17,6 ans pour les filles, et 17,0 ans pour les garçons

À lire aussi
Le manuel Sex Education est disponible en téléchargement sur le site de la série. Sexo
"Sex Education" : 3 raisons de télécharger (et lire) le manuel d'éducation sexuelle de la série

Le rapport souligne cependant que les filles s'initient le plus souvent (près de 50%) "avec un partenaire plus âgé" (d'au moins de deux ans de plus qu'elles) et que leur principale motivation pour passer à l'acte est l'amour ou la tendresse (pour plus de 50% d'entre elles).

Côté garçon, c'est plutôt le désir qui les guide dans leur initiation à la sexualité (pour 47% d'entre eux).

2. La différence du nombre de partenaires sexuels

La sexualité des femmes et des hommes est très différente sur de nombreux points. En moyenne, le nombre de partenaire pour les femmes est de 6 contre 13,9 pour les hommes. Dans ce moyen de calcul, le rapport note que "les femmes retiennent surtout 'les hommes qui ont compté'" pour elles. 

Les hommes quant à eux "font plus souvent référence à toutes les partenaires avec lesquelles ils ont eu des contacts génitaux", peut-on encore lire dans ce rapport. C'est, selon ses auteur-es, "signe d’une intériorisation des normes sociales qui valorisent la dimension affective de la sexualité pour les femmes et physique pour les hommes". 

3. Une décennie d'évolution des pratiques

En dix ans, le rapport aux sites de rencontres à beaucoup évolué dans les pratiques des hommes comme des femmes. En 2006, 2,7% des femmes et 4,6% des hommes expliquaient avoir eu recours à des sites pour rencontrer un partenaire sexuel. Dix ans plus tard donc, elles sont 9,3% à rapporter ce type d'expérience contre 14,6% d'hommes.

4. 50 ans, un cap pour les femmes ?

Passées 50 ans, les femmes ont significativement moins de rapports sexuels que les hommes. "Les écarts entre les femmes et les hommes s’accroissent au fil de l’âge et sont beaucoup plus marqués chez les personnes qui ne vivent pas en couple", peut-on lire dans le rapport.

Explications possibles : "les femmes vivent moins souvent en couple que les hommes, en raison notamment de la préférence des hommes pour des partenaires plus jeunes et de la surmortalité masculine."

5. Les violences subies par les quarantenaires

Les femmes sont, toute leur vie durant, cible de violences sexuelles. Si beaucoup (12,3%) ont été victimes de rapports forcés entre 25 et 34 ans, c'est entre 40 et 49 ans que les femmes semblent les plus touchées par ce fléau (13%). Chez les femmes adultes, les violences sont le plus souvent perpétrées par une ou un ancien conjoint (52,4%).

En dix ans, les chiffres concernant les femmes ont également augmenté, traduisant alors une libération de la parole sur le sujet, un an avant #MeToo ou #BalanceTonPorc. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Sexo Sexualité
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants