2 min de lecture Harcèlement

Sexisme : "Femmes indignes", un groupe Facebook de 56.000 hommes visé par une enquête

VU DANS LA PRESSE - Les membres de "Femmes indignes 6.0 résurrection" postaient des propos sexistes, misogynes et injurieux. Ce groupe Facebook secret, fermé en 2017, est aujourd'hui visé par une enquête judiciaire.

"Femmes indignes" : un groupe facebook sexiste cible d'une enquête judiciaire
"Femmes indignes" : un groupe facebook sexiste cible d'une enquête judiciaire Crédit : Unsplash/Glen Carrie
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

"Lave-verge" ou "lave-vaisselle", voici comment étaient désignées les femmes dans un groupe Facebook secret composé de 56.000 hommes. Fermé depuis 2017 par le réseau social, ce groupe est aujourd'hui la cible d'une enquête pour "injure à caractère sexiste" et "incitation publique à la violence en raison du sexe" menée par la brigade de répression de la délinquance sur la personne, rapporte 20 minutes

Outre les commentaires misogynes, sexistes et injurieux prononcés à l'encontre des femmes, les membres de "Femmes indignes 6.0 résurrection" partageaient des photos intimes de femmes avec lesquelles ils avaient des rapports sexuels. Objectif : les humilier. 

C'est le Collectif féministe contre le viol qui a tiré la sonnette d'alarme et a déposé en novembre 2017 une plainte pour "atteinte à l’intimité de la vie privée" et "mise en péril de mineurs", rapporte encore 20 minutes. Dans des captures d'écran prises sur le groupe, on peut en effet se questionner sur l'âge des jeunes filles humiliées, ont expliqué Eric Deprez et Marine Duponcheel, avocat et avocate du collectif. 

Leur plainte a été classée sans suite en février 2018. Une autre a été cependant déposée en mai pour "provocation à la haine ou à la violence en raison du sexe" et "injure publique en raison du sexe". Cette fois, la brigade de répression de la délinquance sur la personne s'est saisie de l'affaire. Cette dernière semble cependant compliquée à mettre en place, faute de la coopération de Facebook sur le sujet, peut-on encore lire dans l'article de 20 minutes.  

Je suis sidérée de voir que des hommes peuvent trouver amusant de partager des photos dans le seul but d’humilier les femmes

Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'égalité femmes-hommes
Partager la citation
À lire aussi
Louane en 2017 People
Cyberharcèlement : Louane confie être victime de grossophobie

Interrogé sur l'existence d'un tel groupe par le quotidien, Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, estime que "le mépris des femmes exprimé dans ce groupe est assez incroyable". Elle rappelle qu'il ne s'agit pas d'une "question de morale" mais bien "de droit" : "prendre une photo intime d’une femme sans son consentement, la publier, l’assortir d’injures, tout cela tombe sous le coup de la loi. Je suis sidérée de voir que des hommes peuvent trouver amusant de partager des photos dans le seul but d’humilier les femmes. Cet esprit de clan, c’est déplorable."

Le gouvernement français assure prendre le problème du harcèlement en ligne très au sérieux. En février dernier, le Conseil pour l'égalité entre les femmes et les hommes, composé d'une trentaine de personnalités comme l'actrice britannique Emma Watson ou les prix Nobel de la paix Nadia Murad et Denis Mukwege, s'est prononcé pour faire de la lutte contre le harcèlement en ligne une priorité du prochain G7, qui se déroulera à Biarritz du 25 au 27 août prochain. Le groupe "Femmes indignes 6.0 résurrection" n'est qu'une preuve de plus de l'urgence de la situation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harcèlement Sexisme Facebook
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797987099
Sexisme : "Femmes indignes", un groupe Facebook de 56.000 hommes visé par une enquête
Sexisme : "Femmes indignes", un groupe Facebook de 56.000 hommes visé par une enquête
VU DANS LA PRESSE - Les membres de "Femmes indignes 6.0 résurrection" postaient des propos sexistes, misogynes et injurieux. Ce groupe Facebook secret, fermé en 2017, est aujourd'hui visé par une enquête judiciaire.
https://www.rtl.fr/girls/identites/sexisme-femmes-indignes-un-groupe-facebook-de-56-000-hommes-vise-par-une-enquete-7797987099
2019-07-05 11:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/zymDCvSLfUKu-K41qvDk7g/330v220-2/online/image/2019/0705/7797987155_femmes-indignes-un-groupe-facebook-sexiste-cible-d-une-enquete-judiciaire.jpg