2 min de lecture Société

#NousToutes : la prochaine marche contre les violences sexistes et sexuelles le 23 novembre

Alors qu'une 88e femme vient d'être tuée par son ex-conjoint, les Françaises et les Français sont appelés à dire "stop" aux violences le 23 novembre 2019.

Une femme porte un foulard avec l'inscription "combattre le patriarcat" à Paris, le 29 novembre 2018
Une femme porte un foulard avec l'inscription "combattre le patriarcat" à Paris, le 29 novembre 2018 Crédit : ZAKARIA ABDELKAFI / AFP
Paola
Paola Guzzo

L'événement vient d'être créé. Rassemblé sous leur couleur violette déjà reconnaissable, le mouvement #NousToutes a appelé à une nouvelle marche contre les violences sexistes et sexuelles qui aura lieu le samedi 23 novembre 2019 dans toute la France. 

À quelques semaines du "grenelle contre les violences conjugales" annoncé par Marlène Schiappa, le compte Twitter du mouvement #NousToutes indique que depuis le 1er janvier 2019, au moins 88 féminicides ont eu lieu en France. Plus précisément, 88 femmes, recensées par le mouvement sont mortes assassinées par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

"Ras le viol", "Le féminisme n'a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours", "Stop mysogynoir", "La honte doit changer de camp", "J'aurai mes règles sur vos tombes", "Ta main sur mon cul, ma main dans ta gueule"... Les slogans percutants s'apprêtent à faire leur retour dans les rues françaises, aux mains des participantes et des participants qui battront le pavé le 23 novembre.

121 femmes tuées par leur conjoint ou ex-compagnon en 2018

Il y a un an, le 24 novembre 2018, la première marche #NousToutes contre les violences sexistes et sexuelles avait réuni plus de 50.000 participants et participantes dans toute la France (selon les organisatrices) dont 30.000 à Paris. Différents corps de métier avaient appelé à rejoindre la marche, dont 400 femmes journalistes, qui avaient publié une tribune sur France Info

À lire aussi
35% des femmes en situation de handicap sont victimes de violences conjugales. droits des femmes
Grenelle des violences conjugales : pourquoi la question du handicap doit être prise en compte

En 2018, selon les chiffres du gouvernement, 121 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon. Selon un sondage Odoxa, une femme sur deux a déjà subi une violence sexuelle, du harcèlement sexuel ou une agression sexuelle, 32 % ont déjà subi du harcèlement sexuel ou une agression sexuelle sur leur lieu de travail (Ifop) et environ 93.000 femmes sont victimes de viol ou de tentatives de viol chaque année, en connaissant l'agresseur dans 9 cas sur 10. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Droits des femmes Sexisme
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants