2 min de lecture Féminisme

#NousToutes : le mouvement qui veut rassembler les femmes contre les violences

Ce mouvement féministe prend de plus en plus d'ampleur sur le web. Objectif ? Rassembler comme en Espagne, au Chili ou bien en Argentine contre les violences faites aux femmes.

Des membres du groupe féministes des Femen, lors d'une manifestation à Paris, le 8 mars 2018.
Des membres du groupe féministes des Femen, lors d'une manifestation à Paris, le 8 mars 2018. Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Emeline Ferry
Emeline Ferry
Journaliste

Plusieurs mois après l'apparition des hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc, que reste-t-il de l'indignation contre les violences faites aux femmes en France ? Pour que la lutte pour les droits des femmes ne faiblisse pas et que la société avance vers plus d'égalité, plusieurs associations féministes ont décidé de créer le mouvement #NousToutes.

À l'image des rassemblements de colère générale à l'étranger, les membres du collectif veulent organiser une grande mobilisation. "Les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc ont suscité beaucoup d'espoir, mais très vite, c'est retombé. Il y a de la déception, parce que cela n'a pas créé un mouvement d'ampleur comme en Espagne, au Chili ou en Argentine", explique à RTL Girls Marie Boucaud, membre de #NousToutes.

Cette membre du comité de pilotage du mouvement raconte que le projet est né le 3 juillet, après une réunion organisée par plusieurs associations féministes, dont En avant toutes, le Groupe F, le Comité national pour les droits des femmes ou encore le Planning familial. "Il y avait aussi beaucoup de volontaires, de personnes motivées et prêtes à s'impliquer", se souvient-elle.

Une "déferlante féministe" prévue le 24 novembre

L'objectif de #NousToutes est d'organiser "une déferlante féministe, rassemblant des centaines de milliers de personnes en même temps, pour que la France se réveille et dise Stop aux violences sexistes et sexuelles", peut-on lire sur le site du collectif. Cette mobilisation aura lieu le 24 novembre 2018, veille de la journée internationale contre les violences faites aux femmes.

À lire aussi
Kristin Scott Thomas était l'invitée de RTL mercredi 20 novembre. égalité hommes-femmes
Féminisme : "C'est la première fois de ma vie que je m'engage", dit Kristin Scott Thomas sur RTL

"Notre but en attendant, c'est de mobiliser un maximum de volontaires d'ici novembre", explique Marie Boucaud, également membre du groupe chargé des questions d'intersectionnalité dans le collectif. "Chacun peut aider à sa façon". Sur le site, tout le monde peut s'inscrire et indiquer s'il souhaite aider sur le terrain (en participant à des actions avec des associations) ou bien à distance (en communiquant sur les réseaux sociaux). 

"On veut fédérer le maximum de personnes. On met de côté tout ce qui nous sépare pour se rassembler dans un même combat : lutter contre les violences faites aux femmes", prévient celle qui se dit "heureuse d'avoir rejoint un mouvement où féminisme et sororité sont mis en avant".

Avant le 24 novembre, #NousToutes s'organise et prend de l'ampleur. Sur les réseaux sociaux, le hashtag est relayés par de nombreuses personnalités engagées, comme Rokhaya Diallo ou Sandrine Rousseau. "On a doublé notre objectif en terme de volontaires : on espère mobiliser 2.000 personnes pour organiser notre rassemblement", s'enthousiasme Marie Boucaud.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme Société Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants