1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Blur : le jour où la rivalité entre le groupe et Oasis est arrivée à son apogée
1 min de lecture

Blur : le jour où la rivalité entre le groupe et Oasis est arrivée à son apogée

"Bonus Track" consacre un focus exceptionnel à Damon Albarn, leader emblématique du célèbre groupe de Britpop, Blur...

Damon Albarn de Blur durant un festival aux États-Unis en 2014
Damon Albarn de Blur durant un festival aux États-Unis en 2014
Crédit : Jason Merritt/Getty Images/AFP
L'INTÉGRALE - L'émission du 27 mai 2021
53:51
FOCUS - Damon Albarn, la Britpop dans les veines
18:25
Thibaud Chaboche

Comme chacun le sait surement, ce week-end se jouera la finale de la Ligue des Champions, et ce sont deux clubs anglais qui s’affronteront pour le titre: le club de Manchester, Manchester City, contre celui de Londres : Chelsea.

Deux clubs de foot supportés chacun par deux éternels rivaux de la Britpop : les frères Gallagher leaders du groupe Oasis pour Manchester, et Damon Albarn de Blur pour Chelsea.

Pour l'occasion, Bonus Track revient sur la carrière du célèbre leader de Blur, génie de la pop, mais aussi sur la rivalité qui opposée son groupe à Oasis.  

L’année où Blur sort son 4e album The Great Escape, l'heure est au duel. La maison de disque décide de sortir le premier single, Country House, le même jour que celui d’Oasis Roll with it. À ce moment-là, la compétition avec Oasis est au plus fort. C’est d'ailleurs le titre de Blur qui remporte cette bataille, se classant numéro 1 des singles en 1995. 

"Country House" reste le plus grand succès de Blur

Pour autant, l’album d’Oasis What’s the story, Morning glory sera un tel triomphe que les médias s’amuseront à déclarer que Blur "avait peut-être gagné cette bataille mais avait perdu la guerre"…
Quoi qu’il en soit, Country House reste à ce jour l’un des plus grands succès de Blur, malgré une rivalité avec Oasis bien entretenue. Avec son refrain accrocheur, ses arrangements pop qui rappellent encore une fois les influences rock anglais de Kinks à Madness ou même Queen, le tube garde des paroles second degré très British dénonçant la classe dirigeante, comme le clip d’ailleurs, parodiant tous les clichés anglais : chapeaux melons, tabloïds et pintes de bières...

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/