4 min de lecture Nicolas Hulot

"Au tableau !" est "un exercice périlleux mais payant" pour les politiques

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc a apprécié le nouveau numéro de l'émission "Au tableau !!!", avec Manuel Valls, Jamel Debbouze et Nicolas Hulot. Elle s'exprime également sur la situation de Mennel dans "The Voice".

Manuel Valls dans "Au tableau !!!" sur C8
Manuel Valls dans "Au tableau !!!" sur C8 Crédit : Capture d'écran / C8
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc et La rédaction numérique de RTL

Alors, remplacée ou pas, la jeune Mennel ? Quoiqu'il en soit, nous allons, pour une fois, avoir recours à une pratique pas très tendance, voire carrément très mal vue dans les médias : nous allons donner juste ce qu'il faut de temps au temps. C'est-à-dire attendre calmement la décision de TF1 concernant l'avenir immédiat de cette jeune fille. Dans The Voice, évidemment. 

Si vous ne comprenez pas de quoi il est, là, question, c'est que vous avez passé la semaine au fin fond du Yémen avec des écouteurs sur les oreilles et un bandeau sur les yeux. Nous parlons en effet évidemment de cette jeune fille (Mennel Ibtissem) ayant admirablement interprété en arabe la célèbre chanson de Leonard Cohen Hallelujah samedi 3 février sur TF1. Voix cristalline, regard azuréen, physique angélique, rien à dire ni à redire à la première écoute du célèbre tube nimbé de pureté samedi dernier. 

Une pureté pourtant rapidement remise en question après le rappel de plusieurs tweets publiés par la jeune fille peu après les attentats de Nice, ou après l'assassinat du Père Hamel ("Les vrais terroristes, c'est notre gouvernement"). Découvrant la situation au même moment que le grand public (ce qui lui a été reproché), TF1 a évidemment initié une enquête, rencontrant successivement la jeune artiste, la production, les associations de victimes. Qu'elle prenne sa décision aujourd'hui ou demain, peu importe : il est urgent d'attendre d'avoir une vision d'ensemble pour avoir l'opinion allant avec.

Le retour gagnant de "Au tableau !!!"

Mais, me direz-vous, de quoi parler dès lors aujourd'hui en attendant demain ? Et pourquoi pas de l'émission Au tableau !!! qui, proposée mercredi 7 sur C8, m'est enfin apparue comme un modèle du genre. Je le dis d'autant plus volontiers que je n'ai pas complètement, immédiatement, adhéré au programme. J'ai toujours été mal-à-l'aise de voir des adultes face à des gamins mal élevés les rabrouant. C'est un peu le syndrome L'École des fans, une séquence hebdomadaire qui m'a toujours autant glacée qu'amusée. 

À lire aussi
Top Chef
"Top Chef" 2021 : quarts de finale, épreuves, invités... Que vous réserve l'épisode 13 ?

Que voulez-vous, nous sommes quelques-uns à flairer la moindre trace de cabotinage juvénile comme le groin du cochon flaire la truffe. C'est en effet pénible, les petits singes savants malmenant les grands. Dans le premier Au tableau !!!, je m'étais surtout concentrée sur les candidats, forcément novices dans l'exercice, et donc forcément touchants. Car on est toujours patauds, n'est-ce pas, face à des "mouflets" qui attendent des réponses précises à des questions ne l'étant pas moins.

Impossible de botter en touche ou de s'en tirer par une pirouette. Il fallait s'adapter en adoptant le bon langage. Être pédago sans être démago, d'où un exercice à haut risque, à haute tension ! Et tout en étant malgré tout intéressée, j'étais initialement trop rétive pour être réceptive. 

>
Manuel Valls : "Je regrette un peu de m'être présenté à la primaire." - Au Tableau - C8 Date :

Avec les enfants et les ados, il est facile de passer du banc de l'école au ban de touche

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

C'est en fait hier, je l'avoue, que j'ai vraiment mesuré l’intérêt du programme. Sorti de sa zone de confort, obligé d'affronter un public qui n'est pas le sien, le politicien se livre à un exercice périlleux mais payant, forcément utile pour la suite de sa carrière. D'autant que, même très poli, un enfant qu'on n'intéresse pas devient inintéressant. Ou fait son intéressant. Dans les deux cas, c'est déstabilisant pour l'invité qui voit immédiatement quelle est sa marge de progression. Et son absence de marge de manœuvre. Avec les enfants et les pré-ados, il est si facile de passer du banc de l'école au ban de touche. 

Il l'a vite compris Nicolas Hulot, c'était avant la tourmente privée, déstabilisé hier par la question sur le nombre de décibels émis par les baleines et par des remarques du style "cela ne vous gêne pas d'être entouré de conseillers super-diplômés alors que vous n'en avez aucun" (il a en fait le bac). Manuel Valls était lui aussi étonnant voire détonnant, peut-être même le plus cash et le plus clash des 3 invités, par exemple en annonçant "l'impossibilité de sauver le PS". 

Le premier mérite de la créatrice Caroline Delage et de la productrice Mélissa Theuriau est en fait d'avoir évidemment bien choisi "leurs élèves", mais également d'avoir su les "briefer" pour qu'ils soient constamment respectueux et souriants. Avec de vraies questions empêchant leurs vis-à-vis de botter en touche. Jamel Debbouze en sait lui aussi quelque chose, qui s'est vu interroger sur son handicap, sur l'origine de sa blessure au bras, sur les douleurs ressenties, etc. Il ne s'y attendait pas, cela se voit. Reste que, pour tous, il n'y a pas de meilleure façon d'être à bonne école. Forcément. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Hulot Jamel Debbouze Manuel Valls
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants