3 min de lecture Cinéma

Oscars 2020 : "Parasite", complot familial et thriller coréen haletant, sacré

NOUS L'AVONS VU - Intimiste, social et gorgé de rebondissements, le film de Bong Joon-ho entre dans l'histoire du cinéma.

>
PARASITE - Bande-annonce officielle - Le 5 juin au cinéma Crédit Image : The Jokers / Les Bookmakers |
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

C'est un parcours incroyable pour Parasite: 4 Oscars dont Meilleur film, Meilleur film étranger, Meilleur réalisateur et Meilleur scénario original. Certains diront qu'il s'agit-là des plus importantes récompenses de la prestigieuse Académie américaine. Si aucune statuette pour les acteurs n'a été attribuée, le film du Sud-Coréen Bong Joon-ho peut s'enorgueillir d'être le premier film en langue non-anglaise de l'histoire à remporter l'Oscar du Meilleur film. C'est la fin d'une incroyable moisson de prix pour ce thriller innovant après une Palme d'or à Cannes, le Golden Globe du Meilleur film en langue étrangère, le SAG Award de la Meilleure distribution et les Bafta du Meilleur scénario original et du Meilleur film en langue étrangère. 

Un triomphe critique tout d'abord, une réussite incontestable dans la profession et surtout un succès populaire. Le film a été un immense succès en Corée mais aussi en Occident en rapportant plus de 167 millions de dollars de recettes. Mais alors, comment expliquer un tel succès ? Sûrement grâce à un habile mélange des genres et une réalisation impeccable. 

Parasite est "un formidable thriller social racontant comment une famille de parvenus va prendre possession de la vie d'une autre famille, beaucoup plus aisée... C'est malin, tordu, inattendu". Le film de Bong Joon-ho est un drame familial mâtiné de thriller, qui dépeint la violence des inégalités sociales avec une grande maîtrise formelle. Septième long métrage de son auteur qui est sorti le 5 juin 2019 en France, il raconte l'histoire d'une famille de chômeurs, celle de Ki-taek (incarné par Song Kang-ho, acteur fétiche de Bong Joon-ho), qui végètent dans un appartement en sous-sol sombre et sordide, où ils cohabitent avec les cafards et vivent d'expédients.


La vie de Ki-taek, sa femme et leurs deux enfants change de tournure le jour où son fils, Ki-Woo, décroche un travail de professeur particulier d'anglais pour une jeune fille dans une famille bourgeoise, les Park, qui habitent une somptueuse maison avec jardin, grandes baies vitrées et décoration soignée. La famille de Ki-taek va vite s'emparer du filon : par d'habiles subterfuges, Ki-Woo fait embaucher sa sœur pour donner des cours de dessin au petit dernier, puis ses parents comme chauffeur et gouvernante. Mais, si tout semble aller pour le mieux pour cette famille d'arnaqueurs, l'arrivée de ces "parasites" dans la famille Park va en fait marquer le début d'un engrenage incontrôlable.

Une suite à la télévision ?

À lire aussi
Henry Cavill incarne le sorceleur Geralt de Riv dans la série "The Witcher" séries
Netflix : "Splinter Cell", "The Witcher", "Castlevania"... Ces séries inspirées de jeux vidéo

Avec cette histoire, Bong Joon-ho, 49 ans, quitte l'univers fantastique et les gros budgets internationaux de ses deux derniers filmsSnowpiercer, le Transperceneige et Okja, histoire de monstre qui avait été à l'origine d'une polémique à Cannes, sur la possibilité ou non pour les films Netflix d'être en compétition.

Le réalisateur est revenu à une veine beaucoup plus intimiste, avec une forte dose de suspense. Il avait rédigé d'ailleurs une lettre implorant les critiques, qui allaient le découvrir à Cannes, de ne pas dévoiler un pan important de l'histoire de son film (et nous ne le ferons pas non plus ici si vous n'avez pas encore vu ce grand film). Si Parasite, à juste titre qualifié de "film d'escalier" par son auteur, "décrit ce qui arrive lorsque deux classes se frôlent dans cette société de plus en plus polarisée", il contient également ce qui fait le sel et le sucre du cinéaste sud-coréen, à savoir cette capacité depuis Memories of Murder à faire de la violence et de l'humour plus que de simples artifices à l'écran.

Le film Parasite devrait même avoir une suite à la télévision sous l'égide du toujours qualitatif network américain HBO. Bong  Joon-ho a expliqué que cette série spin-off serait baptisée Parasite et qu'elle viendrait combler les trous dans la narration du film. Bong Joon Ho travaillera main dans la main avec Adam McKay (The Big Short : Le Casse du siècle, Vice ou la série de HBO Succession). On en apprendra donc certainement plus sur les personnages secondaires de cette incroyable comédie noire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Oscars États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants