3 min de lecture Cinéma

Rétro 2019 : "Parasite", "Joker", "Star Wars 9"... Quels films ont marqué l'année ?

ÉCLAIRAGE - En 2019, Disney a confirmé son hégémonie sur le cinéma mondial. Ce qui n'a cependant pas empêché à des films comme "Parasite" ou "Joker" de conquérir le public avec des styles plus abrupts que les canons habituels du blockbuster.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Laissez-vous tenter du 30 décembre 2019 Crédit Image : Jesse Grant / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Stéphane Boudsocq

Comment commencer une rétrospective cinématographie de 2019 sans parler de Disney ? Cette année aura été celle de tous les records pour la firme américaine. Jamais un studio n'avait réalisé de telles performances. La compagnie a enregistré près de 11 milliards de dollars de recettes cinématographiques, en comptant celles toujours en cours de La Reine des neiges 2 et de Star Wars Episode IX.

Rien qu'en France, sur les plus gros succès de l'année, Disney en place 6 sur 10 : Avengers : Endgame, Le Roi Lion, Toy Story 4, Captain Marvel et donc La Reine des neiges 2 et Star Wars. Cette tendance devrait encore s'affirmer dans les années qui viennent, la compagnie a en effet racheté la Fox et a annoncé le retour des sagas Avatar et Indiana Jones dans les salles obscures.

Outre Disney, on note aussi de gros succès pour les longs-métrages étrangers, qu'on peut considérer comme du cinéma d'auteur. En témoigne, par exemple les 1,7 million d'entrées de Parasite, une critique sociale acerbe réalisée par le Sud-Coréen Bong Joon-ho. Ce thriller implacable est un monument de cinéma, plébiscité par le public français et récompensé de la Palme d'Or au dernier Cannes. Le dernier film de Quentin Tarantino, Once Upon a Time in ... Hollywood aura également réalisé un carton avec ses 2.6 millions de spectateurs. Brad Pitt et Leonardo DiCaprio y partageaient l'affiche pour la première fois, dans une Fresque nostalgique sur l'âge d'or hollywoodien des années 60.

Et puis, en 2019, il y aura également eu le raz-de-marée Joker. 5,5 millions d'entrées pour ce cauchemar radical et violent dans lequel Joaquin Phoenix incarne un oublié, un méprisé de la société, futur ennemi de Batman. La prestation de l'acteur est tout simplement hallucinante. Et puis à noter les réussites de Green Book : sur les routes du Sud, La Mule de Clint Eastwood, d'Ad Astra de James Gray ou Douleur et Gloire de Pedro Almodóvar, qui ont su combiner exigence et reconnaissance populaire.

Des comédies réchauffées, mais pas que

À lire aussi
Les Films mythiques, le podcast Cinéma
"L'Évadé d'Alcatraz" : comment le film avec Clint Eastwood est devenu mythique

2019 restera aussi comme une année particulière pour le cinéma français. Les comédies aux parfums de déjà-vu telles qu'All Inclusive, Chamboultout ou La Vérité si je mens ! les débuts ont été des échecs. Même constats pour des films plus ambitieux ou trop décalés, qui n'ont pas réussi à trouver leur public, comme Le Dindon, Edmond ou L'Empereur de Paris par exemple. En revanche, pas de déception pour LE grand vainqueur tricolore de l'année : Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? et ses 6,7 millions d'entrées.

La comédie bien écrite, bien jouée et bien réalisée et qui aborde des sujets de société attire encore les foules dans les salles. Nous finirons ensemble de Guillaume Canet, Hors Normes du tandem Nakache/Toledano, La Vie scolaire de Grand Corps Malade, Les Invisibles ou Joyeuse retraite ! en sont la preuve. Sans oublier des phénomènes comme C'est quoi cette mamie ?! avec Chantal Ladesou, 1,2 million d'entrées au cœur de l'été.

Les drames ont le vent en poupe

Le cinéma français a également connu le succès avec des sujets beaucoup plus rudes. Au nom de la terre, d'Édouard Bergeon, qui évoque le drame de nos paysans et Les Misérables de Ladj Ly sur la désespérance de nos banlieues en sont la preuve. Le premier a cumulé 2,5 millions d'entrées, le second en est déjà à plus d'1,5 et représentera la France dans la course au Golden Globe et à l'Oscar du "meilleur film étranger".

Saluons également la réussite du Chant du loup, un film d'espionnage dans un sous-marin, de Donne moi des ailes, sur la préservation d'espèces animales menacées, de La Belle Époque, sublime fresque amoureuse de Nicolas Bedos, de Grâce à Dieu de François Ozon, sur les cas de pédophilie dans l'église et de J'accuse de Roman Polanski sur l'affaire Dreyfus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Comédie Rétrospective de l'année
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants