1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. " L'histoire de 'The Father' vient un peu de mon vécu", confie Florian Zeller sur RTL
2 min de lecture

" L'histoire de 'The Father' vient un peu de mon vécu", confie Florian Zeller sur RTL

INVITÉ RTL - Son premier film de réalisateur "The Father", adapté de sa pièce de théâtre "Le Père", sort le 26 mai prochain au cinéma. Un long-métrage qui a reçu deux Oscars le mois dernier, dont celui du meilleur acteur pour Anthony Hopkins.

Le réalisateur Florian Zeller au micro de "Laissez-vous tenter", le 21 mai 2021
Le réalisateur Florian Zeller au micro de "Laissez-vous tenter", le 21 mai 2021
Crédit : Capture d'écran RTL
Florian Zeller est l'invité en direct de Stéphane Boudsocq et de Jérôme Florin. Son premier film de réalisateur "The Father", adapté de sa pièce de théâtre "Le Père", sort mercredi prochain au cinéma.
22:39
Florian Zeller est l'invité en direct de Stéphane Boudsocq et de Jérôme Florin. Son premier film de réalisateur "The Father", adapté de sa pièce de théâtre "Le Père", sort mercredi prochain au cinéma.
22:39
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq
Animateur

Voilà presque dix ans, que Florian Zeller a écrit puis monté sur scène une pièce de théâtre qui s'appelle Le Père, avec Robert Hirsch et Isabelle Gélinas. Le succès a été immédiat puis planétaire. L'aventure de ce texte se poursuit aujourd'hui avec le film qui en a été tiré, The Father, récompensé par deux Oscars (Meilleur Acteur et Meilleur Scénario) en avril dernier, un Goya et deux Baftas. 

"A mon échelle, c'est une somme de petits miracles. La chance a beaucoup joué dans cette histoire-là (...) il y a 10 ans, on n'était pas du tout certain que les spectateurs seraient disponibles pour ce labyrinthe émotionnel et on a été vraiment émus et surpris par la réaction du public à l'époque (...) il y avait quelque chose de très fort et de cathartique pour nous", raconte Florian Zeller. 


The Father, c'est l'histoire d'une descente aux enfers, chaque jour renouvelée, mais aussi à chaque fois différente. Anthony (Anthony Hopkins) est un vieil homme qui vit seul dans son appartement londonien. Quand sa fille Anne (Olivia Colman) lui annonce vouloir partir s'installer à Paris avec son nouveau fiancé, Anthony a du mal à comprendre parce que sa fille est mariée à un type qu'il n'aime pas beaucoup et qui se pavane dans son salon... 

Mais au fait, pourquoi Anne, selon ses visites n'a-t-elle pas le même visage ? Au fond, n'est-elle pas en train d'essayer de le faire passer pour un fou avec un but inavoué : lui prendre son appartement. À moins qu'Anthony perde un peu la tête. Une visite chez le médecin avec Anne s'impose.

Une prestation éblouissante d'Anthony Hopkins

À lire aussi

Anthony Hopkins incarne avec majesté cet homme aux portes de la folie, alternant période d'euphorie et d'abattement, de douceur et de violence... Il est entouré notamment d'Olivia Colman. Mention spéciale au décor de cet appartement qui change constamment tout en étant identique. 

Ce film est un cauchemar vénéneux duquel se dégage une émotion intense, car derrière la santé mentale chancelante et la paranoïa du personnage principal, le réalisateur touche à l'intime, à l'universel : les relations parents-enfants et ce moment où parfois, l'âge ou la maladie faisant, le rapport s'inverse. 

"Cette histoire vient un peu de mon vécu. J'ai été élevé, en partie par ma grand-mère, qui était quelqu'un de très important pour moi et qui a commencé à souffrir de démence sénile quand j'avais 15 ans. Donc j'ai été dans cette situation où l'on voit quelqu'un s'égarer, se perdre. J'ai découvert aussi que l'on peut aimer quelqu'un, mais que l'amour ne suffit pas", confie le réalisateur. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/