1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Jadis, naguère et 107 ans : d'où viennent les surprenantes expressions du temps qui passe ?
2 min de lecture

Jadis, naguère et 107 ans : d'où viennent les surprenantes expressions du temps qui passe ?

Nos mots pour évoquer le temps qui passe sont souvent des plus illogiques, certains ont une origine toujours floue.

Un dictionnaire français (illustration)
Un dictionnaire français (illustration)
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Jadis, naguère et 107 ans : d'où viennent les surprenantes expressions du temps qui passe ?
03:21
Un bonbon sur la langue : On parle du temps
03:26
Muriel Gilbert

La semaine dernière, nous avons évoqué cette drôle d’expression, "en huit", comme dans "samedi en huit", et on a vu qu’elle était à éviter si vous ne voulez pas louper la moitié de vos rendez-vous. Mais il y a quantité d’autres façons de parler du temps qui passe qui sont illogiques ou surprenantes. Par exemple, mon cousin Rodolphe me demandait l’autre jour pourquoi on dit "je ne vais pas attendre 107 ans". Pourquoi pas cent ans ? Ou mille ans ?

Il y a deux légendes autour de cette expression. La première la rattache à l’interminable guerre de Cent Ans, entre 1337 et 1453, qui si vous comptez bien n’a pas duré 100 ans, mais pas non plus 107 : ça fait 116 ans – justement, pourrait-il y avoir eu confusion entre les deux nombres, 116 et 107, dont la prononciation se ressemble ?

Pas impossible, si on pense à la force symbolique du chiffre 7, très présent dans notre culture : les 7 jours de la semaine, les 7 péchés capitaux, les bottes de 7 lieues.

Combien de temps dure un lustre ?

Une autre histoire relie cette expression à la non moins interminable construction de Notre-Dame de Paris, qui a commencé en 1163, ça c’est sûr, mais dont il est difficile de dire quand elle a été terminée. Le Larousse dit qu’elle l’a été "pour l’essentiel vers le milieu du XIIIe siècle". Quoi qu’il en soit, les Parisiens ont jugé que ce chantier prenait des lustres – pour utiliser une autre expression du temps qui passe.

À lire aussi

Et d’ailleurs, amis des mots, savez-vous quelle est la durée d’un lustre ? Pas si long que ça. Un lustre, c’est cinq ans ! Le mot vient du latin lustrum, qui désignait, nous apprend le Dictionnaire historique de la langue française du regretté Alain Rey, "un sacrifice expiatoire pratiqué à Rome tous les cinq ans".

Ah, et tenez, un autre mot du temps qui est souvent mal utilisé : naguère. Contrairement à ce que l’on pense souvent, en réalité, naguère désigne une période relativement "proche de la nôtre", nous détrompe l’Académie française dans la rubrique "bonheurs et surprises" de son site Internet. On évitera donc de l’employer au sens d’autrefois, anciennement. 

On utilise le sens contraire de "naguère"

Il s’agit en fait d’une réduction de l’expression "il n’y a guère" (sous-entendu, guère de temps). En revanche, le mot jadis "renvoie à un temps très lointain". "Le sens de ces adverbes s’explique par la manière dont ils sont composés, précise l’Académie. Dans jadis, on retrouve “ja”, la forme ancienne de déjà, et “dis”, qui veut dire "jours", et que l’on retrouve aussi dans dimanche, lundi, mardi, etc. Jadis, c’est donc “il y a déjà des jours et des jours”. 

Et tenez, pour finir, une petite devinette que posait récemment Le Robert sur Twitter : "quel est le point commun entre les adverbes désormais, dorénavant, encore et lors ?" Ils sont tous bâtis "sur l’adverbe ancien ores, qui signifiait 'à cette heure, maintenant'". On ne le retrouve plus aujourd’hui que dans une seule expression : "d’ores et déjà" ! Et moi, je suis "d’ores et déjà" impatiente de vous retrouver demain, amis des mots !

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/