2 min de lecture Mots

Faut-il se tutoyer ou se vouvoyer ?

Je le tutoie ? Ou je le vouvoie ? Parfois, cette décision est un vrai casse-tête. C’est aussi le sujet passionnant d'un livre qui a enchanté Muriel Gilbert : "Le tu et le vous : l’art français de compliquer les choses".

livre Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Faut-il se tutoyer ou se vouvoyer ? Crédit Image : Karen BLEIER / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Florine Boukhelifa

Devine un peu de quoi je vais te parler, ami des mots… Ah pardon, oups, c’est vrai que, à la radio, on vouvoie son public. Bref, vous l’avez deviné, nous allons parler de tutoiement et de vouvoiement. Car si c’est l’un des pièges les plus pervers de notre langue pour les étrangers, ça ne veut pas dire que le choix entre tu et vous soit toujours chose facile pour les Français.

J’avais déjà évoqué ce sujet. C’était l’an dernier. J’avais été carrément choquée par une barquette de couscous dont le mode d’emploi disait "retire le couvercle pour me chauffer au micro-ondes".

Que de la nourriture sous plastique se permette de me tutoyer me semblait franchement déplacé. Si je parle de cette question à nouveau, c’est parce que Flammarion publie cette semaine un livre consacré tout entier à ce thème aussi épineux que rigolo. Il s’appelle Le Tu et le Vous : l’art français de compliquer les choses.

L'usage du "tu" ou du "vous" dépend de la situation

C’est vrai qu’on a parfois du mal à décider, avec certaines personnes ou dans certaines situations… Il y a les évidences : on tutoie les enfants, les animaux, et dans la plupart des cas sa famille (l’auteur donne quand même des exemples de familles très chics dans lesquelles les enfants vouvoient leurs parents, mais c’est de plus en plus rare).

À lire aussi
Une femme tient un dictionnaire (illustration) langue française
Quel est le sens exact du mot "chance" ?

Et il y a effectivement quantité de cas où l’usage est fluctuant. "Que la solution s'impose comme une évidence ou nous plonge dans les affres du doute, il nous faut faire un choix, affirme Etienne Kern, l’auteur du livre. Et ce choix, d'emblée, nous place au cœur d'enjeux considérables, car ces tu et ces vous que nous employons (…) engagent notre relation à l'autre, dessinent notre manière de concevoir le monde, trahissent nos états d'âme.

Ce n’est pas toujours conscient, mais notre choix du "tu" ou du "vous" fait l’objet de tout un tas de calculs, et c’est ce qui rend le sujet passionnant. D’ailleurs, je voulais vous parler de ma page préférée de ce livre, la page 25. C’est un schéma touffu, avec des flèches dans tous les sens, qui tente de répertorier toutes les éventualités pour vous aider à décider si vous devez tutoyer ou vouvoyer une personne.

L’auteur note que le vouvoiement, y compris dans le monde professionnel, est en recul en France, comme dans pratiquement tous les pays où il existe. En Espagne, par exemple, désormais, on vous tutoie dans la plupart des commerces – sauf si vous êtes très âgé. 
A contrario, il y a des couples qui se vouvoient… C’est en voie de disparition, mais ça existe. D’ailleurs, devinez qui a dit : "Quand Jacques veut me mettre de mauvaise humeur, il me tutoie". Eh oui, naturellement, Bernadette Chirac ! Le couple Chirac se vouvoyait. C’est aussi le cas du couple BHL-Dombasle, ai-je appris l’autre jour en écoutant Les Grosses Têtes. Et puis il y a Stéphane Carpentier et moi – quand le micro est ouvert !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mots Littérature Dictionnaire
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants