1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Mission Artemis vers la Lune : quel est l'objectif du premier vol qui décolle ce lundi ?
2 min de lecture

Mission Artemis vers la Lune : quel est l'objectif du premier vol qui décolle ce lundi ?

Le premier volet de la mission Artemis de la Nasa doit décoller ce lundi de la base de Cap Canaveral en Floride. Un test grandeur nature essentiel en vue des futures expéditions humaines sur notre satellite.

Vue d'artiste montrant le nouveau lanceur SLS de la Nasa conçu pour la mission Artemis
Vue d'artiste montrant le nouveau lanceur SLS de la Nasa conçu pour la mission Artemis
Crédit : AFP
Mission Artemis vers la Lune : quel est l'objectif du premier vol qui décolle ce lundi ?
00:01:12
Sophie Joussellin & Benjamin Hue

Objectif Lune ! Cinquante ans après la dernière mission lunaire d'Apollo, la Nasa lance ce lundi 29 août le premier volet de la mission Artémis, son ambitieux programme visant à ramener des astronautes à la surface de notre satellite d'ici à 2025. 

Le premier vol prévu ce lundi est un test grandeur nature. Il ne se posera pas sur la Lune et n'emportera pas d'homme à bord. L'objectif est de tester le nouveau super lanceur lourd SLS, la plus puissante fusée jamais conçue depuis le programme Apollo, et la capsule spatiale Orion, dans laquelle les astronautes voyageront lors des prochaines expéditions. 

La fusée doit décoller à partir de 14h33 (heure française) ce lundi. Il sera 8h33 sur le pas de tir 39B de la base de Cap Canaveral en Floride où des dizaines de milliers de personnes sont attendues. 

>> Suivez le lancement de la mission Artemis vers la Lune à 14h33 sur RTL et RTL.fr

Une mission de six semaines, préalable aux futures expéditions humaines

Après le décollage, la fusée perdra successivement ses deux boosters en charge de la poussée puis son corps principal laissant le vaisseau Orion poursuivre sa route seul durant cinq jours. La capsule doit alors s'approcher jusqu'à 100 kilomètres de la Lune avant de s'insérer en orbite durant deux semaines. Elle s'éloignera ensuite jusqu'à 64.000 kilomètres de notre satellite avant d'amorcer son retour sur Terre, prévu mi-octobre dans l'océan Atlantique, avec une entrée dans l'atmosphère à 40.000 kilomètres par heure qui sera l'occasion de tester son bouclier thermique censé pouvoir résister à plus de 3.000 degrés.

Cette mission de six semaines, qui se déroulera totalement en automatique, est essentielle pour la suite du programme. "C'est une exploration technologique mais aussi scientifique", résume auprès de RTL Sylvain Bouley, planétologue à l'Université de Paris Saclay. "Il faut rappeler que l'homme ne s'est posé que six fois à la surface de la Lune. On a ramené environ 380 kilos de roches lors des missions Apollo. Aujourd'hui, on a envie d'aller beaucoup plus loin, d'explorer plus grandement la Lune, dont on ne connaît quasiment rien de l'histoire. On a des théories mais il faut les vérifier. On veut ramener encore de nombreux échantillons pour pouvoir les étudier dans les laboratoires, mais aussi mieux comprendre l'histoire de notre satellite, qui est intimement liée à celle de la Terre". 

Si tout se déroule comme prévu, la mission Artémis passera à son deuxième volet en 2024. Elle emportera deux astronautes dans un vol similaire pour faire le tour de la Lune. Aux alentours de 2025, pour Artémis 3, ils seront quatre. Et c'est une astronaute qui sortira la première pour poser le pied sur l'astre plus de cinquante ans après la dernière mission Apollo.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire